° Rubrique philo-prepas > Le corps

Le corps Classes prépas par J. Llapasset

Le corps, création calculée 

par Lucien Sfez Professeur Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne

Page 1 - page 2 - page 3 - page 4 - page 5 - page 6 - Page 7

Philagora tous droits réservés

_____________________

Trois projets scientifiques du visible

La transparence est au centre de trois projets scientifiques: le projet Génome, Biosphère II et Artificial Life.

1) Le projet Génome consiste à cartographier (mapping), c'est-à-dire à localiser les gènes, àffaire de vision s'il en est. Ainsi localisés, on peut ensuite aller jusqu'au séquençage (sequencing), c'est-à-dire analyser chacun des éléments de chaque gène pour en dégager toutes les fonctions (affaire de vision et de lecture). Le réel est ainsi défini par sa nouvelle détermination: le gène. Le réel est alors revenu, après la tornade postmoderniste qui avait prétendu sa disparition. Or, si le réel (et par lui, comme nous le verrons, l'identité et l' histoire) nous est rendu par la science, les moyens mis en œuvre sont vision et lecture.

2) Il en est de même dans le cas de Biosphère II. Transparence ici encore à travers les hangars de verre de Biosphère II en plein désert d'Arizona. Moyennant finances les visiteurs et leurs familles peuvent observer comment vivent trois mille espèces végétales, quelques espèces animales et huit humains pendant deux ans enfermés dans cette bulle. Les «biosphériens» - comme on les appelle - doivent respirer l'oxygène produit par les plantes, se nourrir des végétaux et animaux conte- nus dans cette nouvelle arche de Noé. Ils travaillent et vivent sous le regard de tous. Tout ce qu'ils ingèrent (air, aliments) est analysé et dosé, Tout ce qui se passe à l'extérieur de leur corps, comme à l'intérieur, est contrôlé.

L'homme parfait du Projet Génome était rendu transparent par l'analyse des gènes. L'homme par- fait de Biosphère est lui-même doté d'un corps transparent et parfait, mais en plus il vit dans une planète dépolluée, purifiée, rendue elle-même transparente et parfaite. Où l'on voit que la métaphore du visible permet un contrôle social général sur le modèle du «Panopticon» de Jeremy Bentham, analysé par Michel Foucault. C'est un Panopticon rendu à son paroxysme par les moyens de la science et qui nous pose d'énormes problèmes politiques, économiques et sociaux.
Sait-on par exemple qu'en Californie (qui est l'Amérique de l'Amérique) les tests prénataux sont obligatoires, que déjà les assureurs refusent d'assurer les enfants qui ne seraient pas« parfaits », qu'ainsi les familles pauvres n'ont que le choix de tuer le fœtus ou d'accepter de soutenir toute la vie un enfant, plus tard un adolescent ou un adulte, dont le seul tort serait de risquer un cancer à trente cinq ans ou un infarctus à quarante cinq? Telle est la situation aux États-Unis, où 35 à 37 millions d'Américains ne sont couverts par aucune assu rance publique ou privée. Mais cette situation se rencontrera bientôt en Europe, dans les pays qui disposent d'une Sécurité Sociale déjà lourdement grevée: demain une famille qui enfanterait un enfant imparfait pourrait se le voir reprocher par la collectivité. Pourquoi la collectivité devrait- elle payer pour le confort affectif et spirituel d'une famille qui aurait refusé l'avortement, mal- gré les « défauts» du fœtus? On imagine très bien à court terme ce type de débat où affleure l'exigence de surhumanité (14).

3) Mieux encore: la surhumanité trouve sa pierre d'achoppement et son point d'orgue dans la vie artificielle. Artificial Life est le fruit des travaux de Christopher Langton et de ses amis au Santa Fe Institute. Ils installent dans leurs ordinateurs des populations entières d'êtres artificiels, les dotent d'un sexe leur permettant de faire l'amour, d'avoir des enfants. Ces populations se nourrissent (on leur donne « à manger»), ont des maladies, déclinent et meurent, à moins qu'on ne les programme immortelles. Langton nous a dit: « Nous sommes des créateurs, des Dieux, nous pouvons créer nos propres successeurs. Ces êtres-là nous succèderont au prochain siècle. Ils seront immortels et parfaits». Il Y a toujours ici du visible et du lisible. On dirait même qu'il n' y a que cela. Le produit de toute intel ligence artificielle est seulement lisible et visible. Lisibilité et visibilité calculées. C'est cela la vie, veut-on nous faire croire. Une vie ramenée à un procès d'information, totalement contrôlable par un programme électronique.

Vers la  page 5: La Surhumanité nous rend le réel, l'histoire et l'identité

________________
(14) Le Comité français d'éthique a rendu un avis en octobre 1995 proscrivant tout usage des tests génétiques que pourraient faire les employeurs et assureurs.

-

Infogerance hebergement serveurs haut debit