° Rubrique philo-prepas > Dissertations prépas

Aides à la dissertation sous forme d'esquisses 

Niveau classes prépas - Colles et Dissertations par J. Llapasset

La raison peut-elle penser le désordre?

Site Philagora, tous droits réservés

_______________________________________________________

Rappelons que nous vous proposons des pistes: vous avez à choisir, à reprendre tel ou tel aspect, en pensant par vous même, sous le regard de tous, en vous détournant de l'opinion particulière pour vous tourner vers une pensée universelle que vous aurez produite. L'opinion est de l'ordre du contingent, du devenir, la pensée est de l'ordre du nécessaire, ou du moins de l'universel qu'elle vise.

= Voyez d'abord le "choc" entre raison et désordre. Si penser c'est de toute manière unifier par des idées, comment est-il possible de penser le désordre sans le faire disparaître et affirmer qu'il n'existe pas, que le désordre n'est que l'absence d'un ordre attendu et la présence d'un autre ordre, mais d'un ordre tout de même.
Par exemple l'absence de la loi et la présence de la nature et de ses lois: la raison du plus fort!

Pour approfondir:
La raison tend-elle à voir dans la réalité plus d'ordre qu'il n'y en a vraiment?

Dans la page sur l'illusion, http://www.philagora.net/philo-bac/illusion.php

vous trouverez que le mouvement de la raison est un mouvement d'unification qui s'élève au delà de l'expérience sensible (métaphysique). Il est clair que cette unification est une organisation (selon des idées) de toutes nos connaissances en système qui a un ordre selon les représentations que nous
formons de lui.

Le problème est de savoir si l'ordre est dans les choses et dans ce cas la raison verrait dans la réalité l'ordre qui la constitue, ou bien si l'ordre est dans la seule pensée des choses. Autrement la raison dans ce second cas aurait tendance à voir plus d'ordre qu'il n'y en a dans la réalité.

Vous avez à analyser le désordre comme absence d'unité qui résisterait à l'effort d'unification de la raison. Cela revient à poser le problème transcendantal selon lequel "le sujet ne retrouve dans l'objet que ce qu'il y a mis" (Kant).

Encore faudrait-il pour répondre à votre sujet accéder à la réalité autrement que par un système de représentations symboliques qui ordonnent la réalité.

Notez que l'astronomie contemporaine, là où les anciens grecs trouvaient un ordre, trouve beaucoup de désordre. En ce sens ils seraient assez d'accord pour affirmer que la raison voit dans la réalité plus d'ordre qu'il n'y en a vraiment.

= Prêtez attention au verbe "tendre": si la raison tend à unifier par les idées, le moi (les états intérieurs) le monde (les états correspondants à l'extérieur) et Dieu (créateur du moi et du monde), ne peut-on pas dire que sa tendance est de voir, ou de croire voir dans la réalité de l'ordre?

Question: plus qu'il n'y en a vraiment ?

Partez donc de la détermination du terme "raison" comme principe d'unification et posez au moins le problème de la correspondance entre les systèmes de nos représentations symboliques et la réalité.


=> Le triomphe de l'ordre, l'apparition du désordre.


Bon courage.

-

Infogerance hebergement serveurs haut debit