° Philo-prepasSpinoza , L' Éthique 

PHILOSOPHIE - CLASSES PREPAS par J. Llapasset

SPINOZA

" L'Éthique

A la recherche du bonheur, de la liberté et de la béatitude 

  • La puissance de l'âme c'est le pouvoir de connaître: la volonté n'est qu'une abstraction
    Éthique, proposition XL, Scolie II

Site Philagora, tous droits réservés

________________________________

Nous croyons avoir le pouvoir, grâce à une volonté, de décider au delà de ce à quoi la connaissance nous autorise et de douter de tout, même de la vérité. Autant dire que notre entendement est fini et que notre volonté est infinie. Spinoza ne voit là qu'un préjugé de l'opinion qui transforme facilement le désir du pouvoir en connaissance. La volonté comme faculté de pouvoir.
Certes la volonté existe mais elle n'existe pas comme une réalité, elle existe comme abstraction.

C'est que nous allons jusqu'à croire que nos croyances sont l'effet d'une volonté libre, d'une puissance d'affirmer et de nier: cette puissance de décision est éclairée par l'intelligence finie, mais, elle peut s'exercer au delà par un libre décret. 

Or puisque nous croyons ce que nous voulons, nous pouvons vouloir n'importe quoi et donc croire n'importe quoi comme si notre volonté exerçait un pouvoir infini, sans limites. Nous devons prendre garde à ce que nous pensons alors!
Ce que nous venons d'écrire revient à affirmer que le fou qui délire, qui dit n'importe quoi, ou le fanatique qui affirme sa vérité, sont libres: celui qui refuse de s'incliner devant une idée vraie serait le plus puissant!

A y regarder de plus près cependant, on s'apercevra que le doute, présenté comme un acte de volonté, est en réalité un acte qui a pour origine l'entendement. En fait lorsque nous doutons, nous nous apercevons que l'idée que nous croyions vraie n'était pas une idée vraie. C'est un peu comme si nous étions en train de rêver, tout à notre rêve, et voilà que nous prenons conscience que nous sommes en train de rêver: c'est donc la perception de soi comme rêvant qui amène le rêveur à douter de l'existence de ce qui lui apparaît dans le rêve.

La volonté, pour Spinoza n'est pas du domaine de la réalité, ce n'est donc pas une puissance de l'âme: toute la puissance de l'âme est dans l'intelligence qui lui permet de connaître. Spinoza reprend une des grandes intuitions de Platon. Autant dire que cette puissance sera proportionnelle à la connaissance.

Les idées ne sont pas des tableaux inertes que nous pourrions modeler à notre volonté comme nous faisons pour les abstractions que nous appliquons mécaniquement à l'univers. Non, les idées, parce qu'elles enveloppent l'affirmation d'elles mêmes sont diverses de telle manière qu'il n'y en a aucune qui pourrait décréter ce qui serait valable pour tous: l'affirmation est asservie à l'entendement qui est ajusté aux idées, chaque idée étant ajustée à elle même comme forme intellectuelle d'un objet.
Ce que nous appelons doute n'est rien d'autre qu'une perception de l'entendement qui reconnaît ne pas avoir l'idée vraie d'une chose: si la suspension du jugement existe bel et bien, ce n'est pas l'effet d'une volonté libre, c'est l'effet d'une perception.

Que conclure de cela? Que le pouvoir de douter, de suspendre notre notre jugement est bien réel, mais qu'il dépend d'une perception de l'entendement et qu'il est donc asservi à la connaissance: il n'y a pas de volonté distincte de l'entendement. Loin d'être l' empire d'une volonté qui s'élèverait au-dessus de l'univers, la volonté n'est pas notre privilège, un privilège qui nous mettrait au-dessus de tout le reste et nous ferait ressembler par un certain côté à Dieu. Ce n'est pas une réalité, mais un être de raison, une abstraction que nous nous hâtons d'ériger en réalité absolue parce que cela satisfait notre désir de pouvoir, selon le mécanisme de la constitution d'une opinion.

Il s'agit bien de restituer à l'âme sa puissance d'intelligence et de réduire la volonté à ce qu'elle est, en dénonçant ce qu'elle n'est pas.

Page suivante : L'Éthique: point final. 
(V ème partie, Proposition XLII, Démonstration et Scolie)

 

° Philo-prepas > Spinoza , L'Éthique 

 

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express