° Philo-prepasSpinoza , L' Éthique 

PHILOSOPHIE - CLASSES PREPAS

SPINOZA

" L'Éthique

A la recherche du bonheur, de la liberté et de la béatitude 

2 - Première partie, I. de l' Éthique de Spinoza . (par Joseph Llapasset)

Site Philagora, tous droits réservés

________________________________

 

PAR CAUSE DE SOI, J' ENTENDS CE DONT L'ESSENCE ENVELOPPE L' EXISTENCE, AUTREMENT DIT CE DONT LA NATURE NE PEUT ÊTRE CONçUE QU' EXISTANTE.
Première partie, I.

Quand on lit: "La Substance de Dieu est pour Zenon l'ensemble du réel et du monde", on est enclin à penser que Spinoza accomplit le stoïcisme.

- J' ENTENDS : Ayez en mémoire la première page qui commente le titre de l'Éthique: L'ordre géométrique. 

- CAUSE DE SOI : Voilà le point de départ qui n'est déduit de rien: impossible de remonter plus haut s'il est cause de soi! C'est l'absolu qui a sa raison d'être en soi, qui ne dépend de rien d'extérieur puisque rien n'est extérieur à lui dans la mesure où il est infiniment infini. Si rien ne lui est extérieur, on comprend : "L'idée de Dieu d'où suit une infinité de choses en une infinité de modes." Ethique, II ème partie, proposition 4.
A partir de là, on peut aussi bien dire Dieu, Nature, Substance. Chez Spinoza, Substance désigne en effet le tout de l'Être avec tous ses aspects possibles en nombre infinis.
Si l'essence de Dieu c'est sa puissance et si la nature a pour essence la puissance infinie de Dieu, on peut conclure que Dieu = Nature.
Substance, Dieu, Nature désignent ce qui n'a besoin de rien d'autre que soi pour exister. Mais ce qui n'a besoin de rien d'autre que soi pour exister, existe nécessairement puisqu'il ne dépend d'aucune contingence: 
en ce sens, l'essence implique l'existence et comme écrit Spinoza dans Les pensées métaphysiques, II: "En Dieu l'essence ne se distingue pas de l'existence." On ne peut en effet concevoir Dieu sans poser son existence.
Mesurons la portée de tout cela: en fait le Dieu transcendant et personnel de la révélation qui parle à l'homme est rejeté.

- L'ESSENCE : ce que cela est, une chose, sa forme intellectuelle, son idée, ce qui permet de la définir.

- L' EXISTENCE : Ce qui surgit.
Dire que l'essence enveloppe l'existence revient à dire que l'existence appartient à la définition: dans le cas de Dieu uniquement et voilà pourquoi l'exemple du billet de cent thalers choisi par Kant est bien mal choisi et loin  de la hauteur de vue de Spinoza.

Tout le reste étant créé par la puissance de Dieu ou si l'on préfère de la Nature.
Ceux qui refuseront que l'essence puisse envelopper l'existence (pour Dieu), refusent  l'idée d'un Être incréé, une cause de soi.

En faisant place à l'idée de Dieu Spinoza, en réalité, se débarrasse d'un Dieu transcendant et personnel.

- AUTREMENT DIT : Tautologie signifie: dire  la même chose.
L'essence enveloppe l'existence, la nature ne peut être conçue qu'existante. Concevoir, c'est saisir par l'esprit: c'est la même chose de dire l'un ou l'autre, si vous m'accordez l'un, vous devez m'accorder l'autre: l'essence enveloppe l'existence = l'existence appartient à la définition. Dieu ou la Nature ne peuvent être conçu que comme existant.

Nous pouvons maintenant mieux comprendre pourquoi Spinoza débute par Dieu, grâce au tableau de la page suivante:

 

Page suivante : Un enveloppement de concepts

 

 

 

° Philo-prepas > Spinoza , L'Éthique 

 

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express