° Se Connaitre

PHILOSOPHIE - SE CONNAITRE par J. Llapasset

Quel mystère que moi!

     Site Philagora, tous droits réservés ©
_____________________________________________
 
  

Un mystère c’est un problème dans lequel je suis engagé: il y va de mon existence.

Comment mon moi est-il moi?
Il faut être aveugle pour ne pas voir que dans l’acte constitutif du je pense, c’est le je qui se constitue et pas le moi. Un acte peut se raconter et ne peut se déterminer sans perdre ce qui le constitue. Dès. lors ce n’est pas l’acte qui fait du moi un moi.
Qu’est-ce qui fait du moi un moi? Cette question est essentielle à la démarche: « se connaître », car répondre à la question c’est répondre à la question: cela a-t-il un sens de chercher à se connaître. Pour effectuer cet effort de connaissance encore faut-il savoir si l’essence constitutive du moi peut-être objectivable oui ou non. Bien entendu, si elle se tient hors de tout horizon de recherche, le moi échappera à tout effort de connaissance. Autrement dit quel est le mode de manifestation du moi?

Remarquons d’abord que ce que nous appelons « moi » se nourrit paradoxalement de ce qui n’est pas lui (Nietzsche , Marx , Freud) au point que dans le moi je ne trouverais que l’altérité d’instinct en lutte continuelle, des structures sociales aliénantes ou encore avec Freud d’inconscient psychologique. Autrui serait alors aussi bien au cœur de mon désir qu’objet de mon désir. A partir du moment ou le moi est le résultat d’une structuration il peut être déconstruit en fonction de l’histoire qui l’a déroulé. Il nous semble pourtant que la question demeure du mode de manifestation du moi , ce qui nous permettrait peut-être de le distinguer ce ce qui n’est pas lui, de cet enracinement socio culturel, historique, qu’on lui prête. Pour connaître le moi suffit-il de le regarder Peut-il être objet du monde offert dans « le trou de lumière « (M. Henry) . Quel est son mode d’apparaître?
Si ce n’est pas un acte qui fait de moi un moi, qu’est-ce qui fait de moi un moi?
1) Si le moi se présente comme un objet il relèvera de l’observation et pourra être déterminé (connu, reconstruit, déconstruit, déplié, expliqué…)
2)S’il relève d’un acte il pourra être raconté: on en fera le récit. Mon histoire naîtra (et mon moi) dans et par le récit
3)Si le moi n’est ni un acte , ni un objet il s’éprouvera dans le sentiment comme passion , comme épreuve ce qui s’éprouve soi-même dans la certitude, sans pouvoir jamais apparaître dans la lumière d’un horizon. Alors il sera vain de vouloir connaître le moi.

C’est l’enjeu de notre recherche.

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express