° Rubrique lettresRimbaud

Auteurs

Arthur Rimbaud (1854-1891)

Les Illuminations. 

VI - Illuminations. 

Une Embellie, au milieu de la Révolte.

------------------------------------------------------------

Ornières (p. 112).

"A droite, l'aube d'été éveille les feuilles et les vapeurs, et les bruits de ce coin du parc, et les talus de gauche tiennent dans leur ombre violette les mille rapides ornières de la route humide".

La lumière indécise d'un matin fait naître des fantasmagories: le défilé magique d'un cirque, puis un cortège funèbre. Rimbaud se laisse aller, pour une fois aux émerveillements de l'enfant qu'il n'a pas cessé d'être. Mais, irrémédiablement pessimiste, il brise, en finale, la douce féérie par l'évocation de la mort.

Villes (p. 113).

Dans un décor de carton-pâte, le monde entier s'agite sous nos yeux, avec ses paysages, ses coutumes, ses légendes. Sommes-nous à la Foire du Trône, dans une exposition universelle, sur l'Olympe, au Walhalla?
Nous sommes emportés dans un tohu-bohu, un vertige de couleurs, de formes, de mouvements, qui tour à tour nous ravissent et nous effraient.
Ce catalogue étourdissant nous fait entrevoir le fonds inépuisable des culture, des connaissances, des mythologies, qui nourrissent la sensibilité et les fantasmes de Rimbaud. On peut comprendre qu'il aime s'y réfugier.

Vagabonds (p. 115).

Rimbaud évoque ses errances avec un compagnon de route misérable. La recherche de ce qui les délivrerait d'un mal-être cauchemardesque se déroule dans une atmosphère insupportable de rêves mal accordés, de disputes, d'insomnies et de précarité. Malgré les déboires et les chamailleries, on sent un lien fort entre ces deux personnages, qui se sont mis en marge du monde, pour retrouver l'impossible: "l'état primitif de fils du soleil".

Ainsi condamnés à l'insatisfaction, ils fuient toujours vers ailleurs.

Villes (p. 117).

Dans cette ville d'un modernisme stupéfiant, tout est effrayant, par le gigantisme, la complexité, l'artifice, l'inhumanité. Cet urbanisme résolument novateur crée un désert glacial, d'où l'esprit s'échappe vers une sorte de campagne encore préservée.
La prescience de Rimbaud, en ce qui concerne des villes nouvelles encore à naître à son époque, nous révèle une puissance conceptuelle bien remarquable, et un jugement sain.

  Il nous montre, là encore, un désir de tout changer qui se solde par un échec.

Aller à la page suivante: Veillées ... C'est l'aube !

° Rubrique lettres > Rimbaud

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art