° Rubrique  http://www.philagora.net/psychanalyse/

La psychanalyse

Un psychanalyste, Jacques Lacan, par Philippe Julien 

page1 - page 2 - page3 - page4 - page5 - page6 - page7 - page8 - page9 - page10

________________________________

LIRE FREUD LUI-MÊME (suite)

Ce pas de la négation du pas de rapport — n est pas foncièrement nouveau le judéo-christianisme, en instau­rant par son dire une rupture d’avec le paganisme qui sacra­lisait la sexualité, révèle qu’il y a béance entre les sexes. Ainsi, Lacan pouvait dire en son séminaire du 12 décembre 1972  

Il n’y a pas eu besoin du discours analytique pour que c’est là la nuance soit annoncé comme vérité qu’il n’y a pas de rapport sexuel.

Ne croyez pas que moi, j’hésite à me mouiller. Ce n’est pas d’aujourd’hui que je parlerai de saint Paul. Ce n’est pas ça qui me sait peur, même si je me compromets avec des gens dont le statut et la descendance ne sont pas à proprement parler ce que je fréquente. Néanmoins, que les hommes d’un côté, les femmes de l’autre, ce fut la conséquence du Message, voilà ce qui au cours des âges a eu quelques répercussions.

Il faut le Christ pour faire rapport homme et femme, vous ne faites un que par le Christ ! Qu’ajoute donc la découverte freudienne ? Elle fait réponse à la question posée sur la raison de cet impossible une raison autre que pro­prement religieuse. 

En effet, ce qu’elle montre, c’est que les voies qui indiquent ce qu’il faut faire comme homme ou comme femme ne se déduisent pas de la sexualité parce qu’elles dépendent d’ailleurs. Elles viennent d’une structure de la parenté et de ses lois, que Freud désigne à sa manière par le récit grec sur Œdipe.

Ainsi, le fameux complexe est fondateur, en ce sens qu’il n’y a pas d’accès à l’Autre du sexe opposé sans être d’abord fils ou fille du langage, en tant que celui-ci vient suppléer à l’impossible du rapport sexuel. Cet impossible entre homme et femme vient de l’existence nécessaire d’un troisième terme qu’introduit Freud sous le nom de phallus (qui n’est pas l’organe !). 

Or, le phallus comme signifiant ne départage pas homme et femme en deux moitiés complé­mentaires, mais s’ajoute comme supplémentaire pour chacun hétérogénéité radicale, où le deux n’apparaît que comme rétroaction du trois, dans la mesure où, de ce deux de deux sexes, on n’en peut rien savoir sans compter d’abord trois avec le phallus.

Parler de l’Œdipe, c’est simplement indiquer la nécessité de cette transmission du phallus. Comment s’opère cet engendrement.  

Pour une grande part, la recherche et l’enseignement de Lacan tournent autour de la paternité. 

En effet, à supprimer l’Œdipe, la psychanalyse relève du délire et de l’abus, sous le prétexte de l’aide thérapeutique. Mais comment situer l’Œdipe sans verser dans le rite religieux d’un mythe ou dans la simplification outrancière du genre il faut tuer le père ?

  Page suivante

 ° Rubrique  http://www.philagora.net/psychanalyse/

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express