° Philo-prepas > Humain-inhumain

PHILOSOPHIE - CLASSES PREPAS par J. Llapasset

Humain/inhumain

 HEGEL

Site Philagora, tous droits réservés ©
_____________________________________________
 

L'inhumain a-t-il une histoire? Deux sujets qui invitent à penser, à se placer
Humain, inhumain lequel procède de l'autre? dans le relatif au centre de la balance...

Attention: danger à éviter: 
Ne pas se placer tantôt sur l'un des plateaux, ce qui fait disparaître l'autre en l'allégeant, tantôt sur l'autre plateau ce qui fait disparaître le premier en l'allégeant. Au bout du compte on n'aura rien
pesé, pensé.
"On charge par un nouveau poids l'autre plateau mais le balancement se perpétue" C. BRUAIRE.

Objectif à atteindre: 
l'examen = aiguille de la balance, du latin exigere = peser. Se placer au centre et ne jamais perdre de vue l'un ou l'autre. 

En conséquence, un programme à suivre
"Il faut considérer les deux côtés en même temps, c'est à dire se placer dans le relatif et neutraliser l'élection unilatérale (le choix de faire attention à l'un ou à l'autre
) par l'appel au 3ème terme qui enserre les deux autres et appuie de sa force sur les deux côtés" C. BRUAIRE.

Textes de référence: Grande logique de Hegel p.130/131 -- Encyclopédie Soit:

  • "La dialectique se forme à partir de deux concepts corrélatifs, lorsque les déterminations relatives sont poussées jusqu'à leurs opposées... et cependant chacune est décrite comme un être indépendant de l'autre" W. der logik I. p.130
     
    "Le mouvement spéculatif (on sort du mauvais infini de la dialectique, c'est ce qu'il faut réaliser (note de Joseph) appréhende l'unité des déterminations dans leur opposition, c'est l'affirmation contenue dans la résolution et dans leur passage" Encyclopédie &82.

Conséquences, pour tout travail sur l'humain et l'inhumain:

- Ne pas céder à la liberté que nous avons, à ce pouvoir de décision qu'est l'attention, qui choisit et exclut, qui donne tout ou rien et qui ferait disparaître la relation que le "et" du sujet nous demande de penser;

- Question essentielle: quel est le moyen terme qui s'impose comme le noeud, maintient en lui les termes opposés sans les identifier mais en les pénétrant tous deux par le moyen de déterminations commune à chacun d'eux. 

Remarques complémentaires sur la pertinence des deux sujets proposés: 

les deux invitent, avec bonheur, à penser la relation de l'inhumain avec le seul être qui a un devenir passé, qui le fait ce qu'il est (l'homme, l'humain)et à chercher le troisième terme (du côté de l'histoire...?)

Plus explicitement encore le deuxième sujet oriente dans le même sens la recherche: lequel des deux termes précède l'autre, historiquement: du point de vue du devenir, lequel est premier?

Mais si l'on pense avec C. BRUAIRE qu'il y a une logique de l'existence on pourra s'interroger sur une éventuelle procession de l'un à l'autre ou de l'autre à l'un. Il s'agit de "trouver l'unité primitive du concept scindée par le jugement et oubliée par la dialectique" C. BRUAIRE.

Passage à la page suivante:
Y -a t-il une procession de l'un à l'autre?
Une différence essentielle qui empêche que l'un produise l'autre? Un mélange des deux qui les rend toujours contemporains (alors le in de inhumain signifierait dans).

Est-il disséminé dans l'humain comme l'autre dans le même?

Si la vérité accompagne qu'une connaissance qui porte sur ce qui est, nous qui voulons penser, nous devons envisager le point de vue socratique 

Vers => Le point de vue socratique