° Philosophie  > Philo-repères BAC

Philosophie - Les repères du programme (BAC)

Des repères pour vous éclairer ....  par J. Llapasset

Abstrait / concret

Site Philagora, tous droits réservés
_________________________

Propédeutique pour mieux comprendre => Le parcours => Citations comme autant d'ouvertures pour une problématique.

A - Propédeutique
Considérer ce tableau et suivre le questionnement qui vous est proposé.
 

Termes concrets

Termes abstraits

L'existant L'existence
L'homme L'humanité
Le sage La sagesse
Le blanc La blancheur

On remarque que les termes de la colonne de gauche désignent ce qui est, alors que les termes de la colonne de droite désignent ce par quoi une chose est.

= Le terme concret peut-il apparaître sans la connaissance du terme abstrait? Pourquoi, en l'absence du terme abstrait, tout deviendrait confus et imperceptible?

=  Le terme abstrait aurait-il pu apparaître sans le terme concret? Puis-je parler de l'existant sans connaître le terme existence? Pourquoi non?

=  En quel sens peut-on dire que l'apparition du concret et de l'abstrait est contemporaine? Cependant ils apparaissent comme distincts, comme le point de vue de la réalité (concret) est distinct du point de vue de la pensée (abstrait).

=  Le terme concret ne porte-t-il pas la marque de son origine, une abstraction, l'action d'isoler pour rapprocher ou pour éloigner? Demandez-vous si l'existant se voit ou se reconnaît grâce au terme abstrait. Une intuition sensible sans concept ne serait-elle pas aveugle?

Conclusion: 
le concret n'est tel que par l'abstrait ou mieux le sujet ne retrouve dans l'objet que ce qu'il y a mis.
Peut-on affirmer avec G. Marcel que le concret est perpétuellement à conquérir?

B - Le parcours. Distinction et rapport:

  • Effort de distinction:

1. Le concret se distingue de l'abstrait comme l'étendue se distingue de l'espace, comme l'être réel se distingue de telle ou telle qualité que l'esprit lui reconnaît, qui le compose.

2. Le terme (ou concept, ce avec quoi je prends ensemble) concret est un concept qui désigne un sujet, un être réel qui se présente comme une multiplicité confuse. 
Le terme abstrait repère, isole, tire de la multiplicité telle ou telle qualité.

3. L'abstrait épelle (= fait apparaître successivement les éléments) un concret inépuisable: l'abstrait est semblable à un filet qui voudrait épuiser une mer.

  • Rapport:

L'abstrait est le résultat d'un acte de l'esprit (= opération mentale qui isole ce qui n'est pas isolé dans un donné, qui sépare ce qui n'est pas séparé ou même séparable dans la réalité). Par exemple la forme sphérique d'une planète: ce qui dans la planète la tourne vers toutes les autres planètes si bien que l'abstrait naît comme distinction de l'universel (la forme sphérique) dans ce qui est particulier (telle ou telle planète réelle). Selon qu'il souligne un caractère commun à plusieurs objets (la forme sphérique) ou un caractère propre à un objet (sphère aplatie aux pôles) l'abstrait permet de rapprocher ou de distinguer, de faire apparaître une ressemblance ou une différence. Un point géométrique est une abstraction de l'esprit devant une ligne droite: cette abstraction permet une définition  générative: la ligne comme un point qui se déplace ...

L'abstrait apparaît donc avec la vie de l'esprit et le mouvement de la connaissance qui va de l'abstrait (connaître c'est reconnaître) au concret d'une réalité inépuisable: c'est ce qui fait reconnaître, apparaître.
Hegel affirme avec bonheur que le concret n'est tel que par l'abstrait. La réflexion sur le langage montre d'ailleurs que toute langue implique une conception du monde au point que changer de langue c'est changer de monde: c'est le concret qui apparaît différemment. Le spectre des couleurs, le nombre des couleurs fondamentales, n'est tel que par l'abstrait des termes qui les isole et qui les fait apparaître (les deux, trois, six "couleurs fondamentales" selon les langues). L'abstrait permet donc d'identifier des propriétés de la réalité.

Si l'opinion se précipite pour affirmer que la vie de tous les jours baigne dans le concret et le singulier, la réflexion établit que, en fait, toute vie humaine est pétrie de représentations distinctes (abstrait) et de conduites formelles et générales: c'est "le règne de l'abstrait", Segond, Traité de psychologie, page 79.

L'abstrait c'est ce avec quoi je tente de prendre le concret au filet de ma connaissance. 
Concret désigne ce qui est donné dans une expérience et donc ce qui croît sans cesse par agrégation de nouveaux éléments. De fait, un objet donné n'est jamais totalement connu et sa connaissance ne cesse de croître par adjonction d'éléments selon mon déplacement, si je me rapproche ou si je m'éloigne, si j'en fait le tour et surtout suivant le développement de ma culture, c'est à dire ma capacité d'abstraction: on a pu affirmer que toute observation est construite par la culture de l'observateur. Si le concret semble désigner ce qui peut être touché, ce qui est réel, en réalité le détour par l'abstrait ne peut être évité. La "donnée immédiate"  fuit toujours dans un brouillard indistinct tant que l'abstrait ne l'a pas ordonné à l'esprit si bien que "l'abstrait et le concret se construisent simultanément" (Gonseth).
Loin d'être "donné" le concret est à l'horizon d'une conquête perpétuelle, dans une dialectique constituante, un échange dans lequel abstrait et concret se forment.

Le rapport abstrait/concret est donc si étroit que l'un ne peut être pensé sans l'autre: cela ne signifie pas que la distinction qui les opposent doivent être abandonnée, en particulier sur le plan des idées et des termes. Non seulement une idée peut être abstraite mais l'abstraction est susceptible de degrés et une peut-être comparée à d'autres idées du point de vue d'une plus ou moins grande abstraction: par exemple vivant est plus abstrait qu'animal puisque vivant comprend aussi le végétal mais, animal et moins abstrait que vivant puisqu'il a des propriétés spécifiques.

C - Citations comme autant d'ouvertures pour une problématique.

"Le tableau abstrait joue, en somme, l'objet n'étant pas différent de lui, le rôle même d'objet." Bru, Esthétique de l'abstraction, page 45
"L'abstraction proprement dite commence avec la conscience de la ressemblance et de la différence. Abstraire, c'est distinguer le caractère commun à plusieurs objets ou le caractère différentiel d'un objet." Bourloud, La Pensée conceptuelle, page 163.
"Les substances ou les concrets sont conçus avant les accidents ou les abstraits." Leibniz, Nouveaux essais, II
"Notre connaissance du concret dépend de vues théoriques et réagit sur elles; l'abstrait et le concret se construisent ainsi simultanément." Gonseth, La géométrie et le problème de l'espace, III, 26.
"Le concret, c'est l'homme dans le monde." Jean Paul Sartre, L'Être et le Néant, page 38.
"On aboutit à deux conceptions opposées de l'activité humaine, selon la manière dont on entend le rapport du concret à l'abstrait, du simple au complexe, et des faits aux lois." Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, chapitre III, page 106.
"La généralisation ne peut se faire que par une extraction de qualités communes; mais les qualités, pour apparaître communes ont déjà dû subir un travail de généralisation." Bergson, Matière et mémoire, chapitre III, page 175.
"Le concret est perpétuellement à conquérir. Ce qui est donné au départ, c'est une sorte de confusion innommable et innomée ..." G. Marcel, Les hommes contre l'humain, page 119.

° Philosophie  > Philo-repères BAC

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express