° Philosophie Classes prepas > Le Mal

PHILOSOPHIE - CLASSES PREPAS par J. Llapasset

LE MAL par Jean Louis Blaquier

Dé-cisions du Mal : philosopher, psychanalyser

Pages :  1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 -

1

Site Philagora, tous droits réservés ©
_____________________________________________
 

"Nothing in the universes can resist the converging ardour of a great enough number of united and organized intelligences." Teilhard de Chardin.

"Je suis bouleversé non pas que tu me mentes mais que je ne puisse plus te croire " Nietzsche.

Il est possible de décliner les figures du Mal presque à l'infini (le crime, l'inceste, la folie, index de l'insensé, le viol, la torture, la canaillerie, l'idolâtrie, la maladie, le mal-à-dire, la haine, l'injuste misère, la merde, le cadavre, la cendre, le désordre, l'abîme…). Un des axes le plus souvent impensé de ce clinamen réside dans le fait que cet agencement concerne le Mal/Aise dans la civilisation au sens de Freud et au cœur du collectif, des sociétés, de l'histoire ….
La bêtise par exemple n'est pas simplement un fait du sujet, l'inintelligence collective est souvent synonyme d'irruption de la sauvagerie voire de la barbarie sous la mince pellicule de la civilisation. En ce sens, le discours du droit sur la responsabilité est le préalable distinct de toute éthique et au sens de Spinoza, de toute doctrine du bonheur. 

Loin de toutes conceptions naïvement progressistes ou linéaires du progrès, le XXè siècle nous a néanmoins enseigné qu'il y avait un terme ultime dans la ruine du Bien : la Shoah. Au point ultime de la déclinaison du scandale du Mal et son cortège d'opacités : souffrances, humiliations, aliénations, asservissements, culpabilité et honte, angoisse et tout puissance narcissique… c'est notre finitude temporelle fondamentale qui se trouve mise en question: l'être-vers-la-Mort. Auschwitz est désormais notre point d'Archimède en ce qui concerne la question éthique puisque la déraison, le " sans pourquoi " de la beauté des roses s'applique désormais aussi bien à la beauté de la nature qu'à la réalité inoubliable de tous les cadavres d'enfants que l'Histoire a charrié.

Depuis la Shoah, "les mots sont blessés" dit un poète E. Jabès. La philosophie ainsi convoquée sur la page la plus noire de l'éthique interroge l'énigme de la méchanceté à partir d'un roc phénoménologique, le " sérieux des intentions " ce rare et donc précieux " mouvement " du psychisme juste avant la nappe de l'inconscient découvert par Freud. Mais le crime absolu, le crime ontologique interpelle, un autre sérieux, le savoir du psychanalyste qui, miroir possible de toutes les détresses, met en évidence le sériel de la structure. Si le " sérieux, ce ne peut être que le sériel" c'est parce qu'il creuse au centre de l'acte analytique, la maintenance du "quelqu'un".

Une question préalable :

la soutenance éthique du Nom peut-elle se faire sans la fondation philosophique des Droits de l'homme et des devoirs de l'homme? Nuremberg, avant le procès d'Eichmann à Jérusalem, constitue le lieu juridique hâtif mais emblématique du premier espoir (le Droit International) devant le ravage du " Mal " absolu : le discours du droit qui prélève toujours sur l'Autre, un Tiers séparateur de l'homme avec lui-même. Cet espoir n'est pas seulement le <<non>> du Père à la jouissance de l'Autre, ni même un des Noms-du-Père, mais déjà la forme " world " de la philosophie qui, depuis l'envoi de sa fondation grecque, ne cesse d'orienter la praxis des hommes et le sens de leur vie. La grâce du Nom, du transfert sur le Nom, du transfert, tout court, accueil du désir de l'Autre, déploie la nomination comme la vie elle-même, la vie de l'être, lettre dont les blancs, les silences ouvrent l'habitation de l'habitation de l'abîme, le survol provisoire du gouffre du temps par où le pire, paysage sans nom du tragique, advient toujours.