° Rubrique philo-prepas > L' échange

L' ÉCHANGE - Classes prépas -
      
 

Y a-t-il un échange amoureux ?

Philagora tous droits réservés

__________ Perspectives par J. Llapasset ___________

- L'échange amoureux.

Commencez par lire:  Faut-il se méfier de l'amour?
 


Il faudrait peut-être utiliser le Banquet de Platon.

Dans tout échange, je donne pour que tu donnes, ce qui suppose que chacun possède quelque chose et que ce qu'il possède puisse être donné à l'autre en échange de ce que l'autre possède: il faut donc que ce que l'autre possède, je puisse à mon tour le posséder s'il me le livre et que ce que je possède, l'autre puisse le posséder si en échange, je le lui livre. S'il s'agit d'un objet du monde, je peux le prendre s'il me le livre et il peut le
prendre si je le lui livre. Cela signifie que la relation de propriété n'est pas une relation essentielle puisqu'elle peut être rompue et que, si elle est rompue je demeure.

Si je devais échanger ma culture conte la culture d'un autre, ce serait impossible car ma culture et celle d'autrui ne sont pas des objets du monde.

S'il s'agit d'un sentiment?

=> Pistes de réflexion: choisissons par exemple, les conditions qui permettraient à l'échange amoureux d'exister. Il est difficile de concevoir un échange amoureux qui n'ait pas pour fondement l'accouplement érotique.

N'y a t-il pas une distance infinie entre le plaisir supposé et le plaisir éprouvé?

N'y a t-il pas une inquiétude des amants sur le plaisir éprouvé par l'autre?

Chacun guette un signe, mais n'ayant pas accès à la subjectivité de l'autre, il ne peut repérer le plaisir de l'autre qui est de l'ordre du corps subjectif par lequel l'autre est autre.

Echange de caresses oui, échange des regards oui aussi, mais en aucun cas le plaisir de l'un n'est livré à l'autre. Donner oui, recevoir oui mais quoi? Si la vraie vie est absente au bout du regard?

Le plaisir n'est jamais alors ce qui s'échange mais ce qui, dans le meilleur des cas, se tient dans la juxtaposition, dans la distance d'une co-présence irréductible, ce qui exclut la circulation et l'échange.

Alors, plaisir échangé, plaisir partagé, deux plaisirs séparés?

Partez de la relation amoureuse entre deux vivants: chaque vivant se rapporte à l'autre non pas selon une représentation objective d'un monde commun, une distance irréductible, mais par le sentiment comme épreuve de soi au fondement
de l'antique conscience qui semble s'abolir dans le plaisir.

Le même peut-il être échangé? A quoi bon?

Ce que l'on voudrait échangé, n'est-ce pas son plaisir contre le plaisir de l'autre? Mais le plaisir de l'autre étant hors du monde objectif à quoi bon
essayer de le saisir?

Remarques: Rappelons que ceci n'est pas un corrigé, mais une aide pour vous aider à penser par vous-même.

Dans tous les cas, il faudra prendre en considération cette affirmation de Saint-Exupéry dans Citadelle, LV: "L'amour véritable commence là où on attend plus rien en retour."

ou encore "Le désir ne cesse de demander au lieu que l'amour ne cesse de répandre: l'un a toujours besoin d'un secours étranger et l'autre semble toujours se nourrir de lui même." Lavelle, Traité des valeurs, II,
page 184

=> Vers Claudel, L'échange Perspectives (Page index)

-

Infogerance hebergement serveurs haut debit