° Rubrique philo-prepas > Dissertations prépas

Aides à la dissertation sous forme d'esquisses 

Niveau classes prépas - Colles et Dissertations par J. Llapasset

  • "Je ne suis pas sûr que les hommes veuillent la paix". Aron

Site Philagora, tous droits réservés

______________________________________________________

Rappelons que nous vous proposons des pistes: vous avez à choisir, à reprendre tel ou tel aspect, en pensant par vous même, sous le regard de tous, en vous détournant de l'opinion particulière pour vous tourner vers une pensée universelle que vous aurez produite. L'opinion est de l'ordre du contingent, du devenir, la pensée est de l'ordre du nécessaire, ou du moins de l'universel qu'elle vise. 

Dans "La paix" (coll. Optiques de Hatier) Monique Castillo emploie deux formules qui peuvent nous éclairer sur la fin et les moyens: 

- "S'il faut être à plusieurs pour vouloir la paix, la tâche la plus difficile reste toujours en perspective." (page 77) et un peu plus haut:
- "Faire de la paix un objectif historique décisif suppose une option sur l'existence possible d'un ordre mondial." (page 53)

=> Vous pourriez distinguer désirer la paix et vouloir la paix. Si le désir est de l'ordre de ce qui s'éprouve comme passion, de ce que l'imagination, qui étend la mesure du possible, accompagne de contradictions (sans cesse heurtées par la réalité) comme si la liberté et l'égalité des nations pouvaient être effectivement maintenues sans interdire aux nations le droit d'entrer en guerre et faire disparaître leur liberté, comme si la souveraineté des nations pouvait être sacrifiée à leur sécurité,-  et la volonté est reprise d'un désir à la lumière de l'intelligence (capacité d'inventer des moyens pour une fin) et de la raison (le contradictoire ne peut être pensé).

=> Vouloir la paix, ensemble, c'est donc renoncer au désir brut d'une paix impériale issue du désir, imposée à des vaincus par la force, et affronter le vrai problème: 

le règne de la loi peut-il être établi entre les nations?
Autrement dit, peut-on laisser à chaque État la liberté comme droit (inaliénable?)  de décider de la guerre ou de la paix sans passer par un ordre juridique mondial qui exige un consentement universel à un droit universel effectivement réalisé?

=> Si les hommes ne veulent pas la paix, c'est que la volonté de la paix exige une options qui suppose que la contradiction entre la sécurité, qui exige un régime juridique international et la liberté exigée par les nations, peut être levée.
En effet, on ne peut que désirer ce qui est impossible, on ne peut le vouloir.
Pour que cela soit possible, il faudrait "devenir autre ou que le monde lui même soit essentiellement changé" (Aron, Paix et guerre  entre les nations, XXIV, Calmann Levy, page 696).

=> Sur le plan d'une nation, la solution est donnée par l'autonomie comme obéissance à la loi qu'on s'est prescrite, comme volonté partagée. La liberté naturelle disparaît pour qu'apparaisse une liberté civile limitée mais réelle. Il n'y a pas de liberté sans lois , la liberté suit le sort des lois , selon Rousseau.
La question est de savoir si l'autonomie peut être une conduite propre aux nations.

=> En prêtant attention à l'expression "les hommes" et non pas des hommes, vous mesurerez la difficulté du problème posé par l'auteur. Il s'agit de passer d'un héritage, les nations, à une création de soi par soi de l'humanité. Mais l'humanité existe t-elle?

=> Sur les trois oeuvres du programme.

- Projet de paix perpétuelle .... noter que tout l'effort de Kant porte sur la distinction entre la paix comme idéal de l'imagination, songe creux, et la paix comme idéal de la raison, possible.
Relire en particulier les articles définitifs 1 et 2 et toute l'annexe 1.  Kant, La paix
(lien ouverture nouvelle fenêtre)

- La paix. Aristophane montre que la paix exige une ruralité qui n'existe pas mais qu'il est possible de réaliser, de vouloir par une volonté partagée. 
 

Déclarer la paix

Réciproque (fruit d'un échange)
Déclaration par deux États au moins: accord librement donné.

Déclarer la paix, ce n'est pas, pour cela, la faire! C'est instituer un horizon régulateur. Il n'y a pas de concept de paix qui comprendrait sa règle de composition et donc sa réalisation. La paix est une Idée, un principe régulateur qui permet d'évaluer et de juger.

Déclarer la paix exige un accord et donc l'existence d'échanges préalables, d'une communication qui va se poursuivre car il n'y a pas de paix vivante sans débats poursuivis.

Déclarer la paix c'est l'arracher au devenir, aux caprices des circonstances car c'est dire le droit, ce qui doit être et le droit loin de pouvoir être révoqué par le fait,( par exemple une violation), juge le fait.

Rubrique Prépas: La paix:
Voir les pages: 

  • Aristophane artisan de paix
    Victor Hugo
    Quatrevingt-treize, relire en particulier les derniers chapitres. 

° Rubrique philo-prepas > Dissertations prépas

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express