° Philo-prepas => Penser L'histoire

PHILOSOPHIE - CLASSES PREPAS par J. Llapasset

Penser l'histoire

Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte

  • Penser l'histoire comme développement de la lutte des classes ?

  Site Philagora, tous droits réservés ©
_____________________________________________
 

Pour penser l'histoire Marx en édifie une représentation rationnelle, un objet mental auquel il doit assigner une intelligibilité intrinsèque: cela revient à "trouver" ou si on préfère à inventer un principe explicatif historique donateur d'un sens: ce principe historique explicatif c'est la lutte des classes.

Lutte: désigne un antagonisme essentiellement économique, provoqué par la propriété privée des moyens de production et d'échange pour les uns, ce qui distingue une classe dominante qui opprime et une classe dominée qui est opprimée.

La lutte des classes instaure une bipolarisation, un mode binaire structurant aussi bien la vie économique que la vie politique. La lutte des classes se comprend pour peu que l'on considère les intérêts divergents des classes sociales: celle qui domine a intérêt à faire travailler beaucoup l'ouvrier, en le payant le moins possible. Celui qui est dominé a intérêt à travailler moins en étant mieux payé: la raison de la lutte des classes est donc économique, l'exploitation par laquelle ,par exemple, la bourgeoisie reçoit plus de travail vivant qu'elle n'en paye.

--

Ce "gratuit" fourni par l'ouvrier est ce qui figure l'exploitation.

Classe: désigne un regroupement de ceux qui tiennent une place similaire dans un processus de production. Patron, ouvrier, au sein des forces de production dont la société humaine dispose pour produire.

Comment soutenir que la lutte des classes est le principe au fondement du sens de l'histoire, ce qui permet de penser l'histoire comme devenir explicable et intelligible? Il suffit de considérer que tout phénomène historique exprime  la lutte des classes et émane d'elle: ces grands mouvements de confluence dont nous parle Chateaubriand sont le choc entre des classes sociale, chaque fois qu'émerge une nouvelle domination, un nouvel ordre.
Par exemple la bourgeoisie émerge et remplace l'ancien régime féodal qui, n'étant plus soutenu par l'infrastructure, s'écroule.

La lutte des classes est donc pour Marx le principe historique incontournable: en le prenant en considération le devenir historique devient intelligible comme une "guerre interrompue", au point que l'histoire est l'histoire de la lutte des classes. Dans les période de crises, la lutte des classes s'exacerbe lorsque les rapports de production sur lesquels pèse la tradition font obstacle au développement d'un nouvel ordre qui apparaît.

Ainsi les hommes croient faire l'histoire mais ils ne font que l'histoire déterminée par le devenir historique, et rendue possible par lui.

La lutte des classes n'est donc que l'expression des contradictions entre des classes sociales: elle est à l'origine d'une progression née du mouvement des sociétés matérielles. En produisant ce qui lui permet d'exister, l'homme se produit lui même au point qu'il serait vain de chercher dans sa conscience autre chose: par exemple une conscience qui déterminerait ce que les hommes deviennent. 

C'est bien plutôt ce qu'ils font qui détermine ce qu'ils sont. 

     
Vers la page suivante: Penser l'histoire: quel genre de force accorder à la superstructure?

- Vers Aides à la dissertation sous forme d'esquisses niveau prépas

- Vers Forum d'aide aux prépas

° Philo-prepas => Penser L'histoire

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express