° Philo-prepas => Penser L'histoire

PHILOSOPHIE - CLASSES PREPAS par J. Llapasset

Penser l'histoire

Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe.
  • Penser l'histoire: la réalité historique, continuité de la discontinuité
  Site Philagora, tous droits réservés ©
_____________________________________________
 
 

"Le voyageur... regarde avec regret et douleur le point où il a commencé de s'égarer. Ainsi, c'est à la publication de l'Essai historique que je dois marquer le premier pas qui me fourvoya du chemin de la paix... Il y a des moments où notre destinée, soit qu'elle cède à la société, soit qu'elle obéisse à la nature, soit qu'elle commence à nous faire ce que nous devons demeurer, se détourne soudain de sa ligne première, telle qu'un fleuve qui change son cours par une subite inflexion." 

Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe. Livre onzième, chapitre II, pages 676 et 677.

1- La fragmentation et ce qui la produit, dans l'action et la passion.

IL s'agit d'une rupture de continuité, d'une brisure, d'une discontinuité, d'une révolution qui, en changeant le sens, change du même coup la signification de la route suivie.

  • a) Le choix libre de Chateaubriand a été la paix: la ligne première au bout de laquelle la rupture se réalise dans l'instant: on change le sens par une subite inflexion.

  • b) Cela revient à suivre un autre chemin que celui qu'on a librement choisi: c'est produit par un manque de prévoyance et de maîtrise de soi. On cède, on obéit, on laisse faire, on s'abandonne à des conditions extérieures:

la société par désir de paraître: "J'espérais un grand succès de l'ouvrage."

La nature, la recherche du plaisir, en s'abandonnant par exemple à une passion amoureuse,
Ou en laissant faire la destinée, c'est à dire le cours des événements qui composent une vie humaine.

--

2- La fragmentation de la vie d'un individu.

D'abord par le temps, les glaces de la vieillesse succèdent à l'élan créateur de la jeunesse. La fragmentation vient aussi de ce que l'on cède à la société, que l'on suit la nature ou encore que les événements contingents, le hasard, interviennent; enfin il y a les événements nécessaires, la fatalité.

Notez l"idée de commencement. Se détourner, se convertir, subite inflexion. 
Fourvoya = me mit hors du chemin de la paix, me détourna de mon premier choix libre. (on relira avec profit les premières pages des Confessions de Rousseau qui ont marqué Chateaubriand).

3- Lucidité de Chateaubriand.

C'est un égarement que de vouloir penser l'histoire par l'histoire parallèle des révolutions: on ne peut que penser l'histoire comme continuité de la fragmentation. C'est ce qui fait la réalité historique et qui lui donne une signification selon que l'homme obéit au meilleur de lui même (artisan de paix) ou qu'il se laisse aller à subir les passions infligées par le temps et les conditions.

L'histoire épouse le mouvement du temps. La réalité historique comme fragmentation se brise sans cesse. Ainsi le sens, l'orientation et surtout la signification de l'histoire, c'est la réalité historique: 
signification de l'histoire = réalité historique.

La solution au problème auquel se heurte un effort pour penser l'histoire, problème posé par l'insertion réciproque de la continuité et de la discontinuité, sera de prendre l'histoire de sa vie comme paradigme (= exemple qui éclaire)  du devenir historique et par ce moyen révéler une signification, un sens de ce devenir.

Page suivante: D'un fil à l'autre

Retour à => Penser L'histoire

- Vers Aides à la dissertation sous forme d'esquisses niveau prépas

- Vers Forum d'aide aux prépas

° Philo-prepas => Penser L'histoire

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express