° Rubrique lettres > Baudelaire (Les fleurs du mal)

Auteurs

BAUDELAIRE

Quelques perspectives sur Recueillement  

Dialogue entre Oui-oui et Hibou. (page 1 et page 2)

Site Philagora, tous droits réservés

__________________

 

Ma Douleur, donne-moi la main; viens par ici,

Hibou: donne-moi la main, la douleur c'est bien son enfant. Remarque le rejet au début de la strophe suivante: loin d'eux, pour marquer la solitude choisie par le poète, sa décision. Loin de la multitude des mortels qui courent au divertissement.

Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes Années, 
Sur les balcons du ciel, en robes surannées;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant;

Autre personnification, les Années, englouties, disparues avec les femmes qu'il a aimées, reviennent se pencher, vers lui comme pour le regarder, comme pour consoler l'enfant qu'il n'a jamais cessé d'être. Admire ces balcons, symbole de la frontière entre ce qui n'est plus et ce qui est encore: du ciel, leur donne une extension infinie.
Le balcon réel se reflète de multiples manières dans le ciel: ainsi en allant vers l'extérieur le regard de Baudelaire s'enfonce dans l'intériorité. Mouvement que Mallarmé s'inspire magnifiquement dans son poème
Petite dentelle

Oui-oui: Les robes, suggèrent que l'amour et la femme auréolent le souvenir: on dirait une vision, le temps retrouvé. Cette vision engendre le Regret de ce qui a disparu mais, souriant car d'une certaine manière, affectivement, rien n'a disparu et tout demeure du sentiment.

Hibou: Surgir, c'est une apparition saisissante.

Le Soleil moribond s'endormir sous une arche, 
Et, comme un long linceul traînant à l'Orient, 
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

Autre vision du Soleil  à l'article de la mort, comme un moribond. Mais l'espérance luit: Il s'endort, il ne meurt pas. sous une arche, symbole d'alliance avec Dieu.
Les deux derniers vers se prolongent à l'infini pour marquer l'arrivée de la nuit, sa douceur qui apaise: elle
marche, avec l'assurance d'une mère ou d'une femme qui viendrait consoler son enfant. Elle vient pour bercer, pour endormir la souffrance. Ma chère, voilà que le poète marque son affection à sa souffrance: elle lui est précieuse, c'est son viatique c'est à dire son meilleur atout pour l'accompagner dans la mort. Le linceul, suggère l'approche de la mort mais aussi ce drap qui enveloppe, qui adoucit, qui protège, comme une consolation.

Oui-oui: C'est curieux, le soleil semble se coucher à l'Orient!

Hibou: C'est tout l'art de Baudelaire: il suggère une aube, une naissance à un jour nouveau. Une résurrection.
Tout au long du commentaire, on peut étudier:
- Les métaphores (fouet, bourreau, souffrance du plaisir). 
- Les personnifications (Douleur, Soir, Plaisir, Années, Regrets, Soleil, Orient, Nuit).
- Les perceptions, les sensations, les sentiments du poète,.
- Le temps retrouvé qui se marque par des apparitions et par un vocabulaire concret (vois, surgir, enveloppe, entend).

Oui-oui: Quelles sont les deux perspectives de lecture que tu choisirais?

Hibou: D'abord, le recueillement comme mise à l'écart, préparation au grand voyage. Ensuite l'art qui peuple la solitude de personnages fantastiques. Bien entendu, il faudrait étudier les correspondances entre ces deux perspectives.

Oui-oui: Moi, j'aurais choisi d'étudier le temps retrouvé.

 

Joseph Llapasset - ©

(page 1 et page 2)

° Rubrique lettres > Baudelaire (Les fleurs du mal)

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express