° Rubrique lettres > Baudelaire (Les fleurs du mal)

Auteurs

BAUDELAIRE

Quelques perspectives sur Correspondances

Dialogue entre Oui-oui et Hibou (page1 et page 2)

Site Philagora, tous droits réservés

__________________

 

Oui-oui: Pourquoi ne pas commencer par les premiers poèmes des Fleurs du mal? Tu recules devant une mère qui maudit son fils, dans Bénédiction ou, devant ces matelots qui se moquent du poète, dans l'Albatros, comme les prisonniers de la caverne se gaussaient du philosophe.

Hibou: Correspondances, est la clé pour Les Fleurs du mal, un portail si tu préfères, mais un portail qui éclairerait les autres poèmes, un paradigme en quelque sorte.

Oui-oui: L'étude de Correspondances permettrait d'éclairer le reste de l'œuvre, pour ceux qui souhaitent étudier ce recueil édité une première fois en 1857.

Hibou: Baudelaire y proclame que le poète est médiateur entre l'homme et la nature. Il y exprime sa théorie des correspondances horizontales et verticales et il y multiplie les figures rhétoriques qui permettent de mettre en évidence les relations: comparaisons, métaphores, oxymore.

Oui-oui: Tu veux dire qu'on y trouve l'incarnation d'une théorie, l'esprit rendu sensible, une illustration en quelque sorte?

Hibou: Exactement: c'est la clé de ce qu'on peut appeler, maladroitement, les instruments poétiques de Baudelaire.

Oui-oui: Pourquoi ce titre de Correspondances?

Hibou: Remarque le pluriel: il signifie que la diversité demeure ici bas, qu'elle ne sera jamais réduite à l'unité, ce qui reviendrait à déduire de manière triomphale l'existence de la réalité intelligible: les fleurs pousseront donc toujours sur le mal, pour ne pas dire le fumier.
Correspondances désigne tout se qui se correspond, est en relation: la relation se fonde sur l'analogie, une forme de relation entre deux objets de pensée différents en apparence: c'est donc l'imagination, ce pouvoir de rendre présent l'absence, la relation, qui, seule, par un acte de foi, dépasse le donné, souvent horrible, et entrevoit une surréalité.

Oui-oui: Par exemple?

Hibou: Eh bien, entre les arbres d'une forêt et les piliers d'un temple, l'imagination suppose une relation au delà des différences entre le minéral et le végétal: l'image, comme forme sensible des deux objets est analogue "visuellement": le signe vers le ciel, l'invitation à monter est analogue. La métaphore, La Nature est un temple marque l'analogie visuelle entre le pilier et l'arbre, et l'analogie spirituelle, la présence du sacré dans le signe qui s'élève vers le monde de l'esprit, l'infini vers lequel pointent le pilier, le sommet du temple comme la cime des pins noirs. L'expansion est signifiée.

Oui-oui: J'ai du mal à prendre ensemble l'horreur de la nature souvent manifestée par Baudelaire et cette exaltation de la Nature.

Hibou: il faut saisir le mouvement baudelairien inspiré principalement par trois philosophes: Platon, l'auteur de La République (Fin du Livre VI début du Livre VII), Swedenborg (1688-1792) et Charles Fourier (1772-1837):

  • Platon- Baudelaire reprend cette idée que le sensible est le reflet de la réalité intelligible, du monde de l'esprit.

  • Swedenborg- Baudelaire a trouvé dans son oeuvre le terme même de Correspondances. C'est un philosophe suédois, grand mathématicien, astronome, mais aussi grand inventeur, à l'imagination féconde, à la sensibilité extrême. A partir de1736, il éprouve des sortes d'extases avec une impression de liberté totale: il veut y voir des signes et compose un traité d'anatomie qui cherche à retrouver dans la diversité du corps l'unité du cérébral (cortex) ce qui l'oriente vers l'esprit. Toutes ses compétences en astronomie, il cherche à en faire un paradigme de la vie et progressivement, il découvre ou croit découvrir l'Esprit au fondement de la Nature et même de la matière. Comprends que son imagination et sa sensibilité lui permettent de mettre en relation les divers règnes de la nature (minéral, végétal, animal) avec l'Unité créatrice dont ils découlent.

Oui-oui: Il veut remonter vers le bien à partir d'une dégradation. C'est un schéma "émanatiste"?

Hibou: Oui, en quelque sorte Les fleurs du mal. La profondeur du visible c'est l'invisible. La vie conjugale pour notre philosophe suédois n'est que l'union des contraires pour l'éternité.
Cet esprit supérieur suit la tendance de la raison à unifier et brusquement découvre l'amour dans l'Incarnation comme si la connaissance était amour, correspondance reconnue, cette harmonie que Baudelaire trouve dans l'union des contraires qui, dans La morts de amants, s'exprime par un regard échangé, dans un éclair unique. Pour Baudelaire, il y aura deux moyens de s'élever: l'art et l'amour.

  • Fourier- Précurseur du socialisme français, il met en relation le minéral, le végétal, l'animal par ce que Baudelaire appelle Une ténébreuse et profonde unité. Fourier perdra beaucoup à vouloir mettre dans la lumière, dans l'objectivité, cette unité. Cela l'amènera par exemple à faire de la girafe un symbole de vérité qui s'élève au dessus du monde minéral car le front de la girafe plane au dessus de la matière ...

Dans tous les cas la Nature reflète par moment ou même incarne la réalité première, le monde de l'esprit. L'horrible, le mal vient de ce que la nature s'est éloignée par rapport à la réalité spirituelle qui est son origine, s'est dégradée dans le milieu spatio-temporel.

Joseph Llapasset

Aller vers le page suivante: Correspondances horizontales, correspondances verticales.

° Rubrique lettres > Baudelaire (Les fleurs du mal)

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express