° Rubrique littérature http://www.philagora.net/frindex.php

LE CID  de Corneille

 Beau comme Le Cid. 

p.1- Beau comme Le Cid
p.2- Pour Rodrigue tout bascule
p.3- La plus difficile victoire
p.4- Vers une décision
p.5- Une difficile rencontre
p.6- Grand affolement!
p.7- L'amour aimé d'honneur
p.8- Le mouvement en général
p.9- Coup d'essai, coup de maître
p.10- Un style ---
p.11- Vers la victoire finale.
p.12- Le dialogue final

Site Philagora, tous droits réservés
__________________

Voilà ce que disaient les parisiens enthousiasmés par cette tragi - comédie qui avait éclaté sur leur théâtre, comme une bombe, un beau jour de 1636. Tant de jeunesse, de fraîcheur, de dynamisme, on n'avait jamais vu ça, et on courait, on se bousculait pour aller voir la merveille. 
Les femmes étaient folles du héros, 
"Tout Paris, disait-on, pour Rodrigue, a les yeux de Chimène".

Bref, un triomphe!
Bien sûr, direz-vous, ces pauvres gens du XVII° siècle, sans cinéma, sans télévision, encore moins Internet, devaient s'ennuyer à mort, et sauter avec joie sur la moindre distraction. Mais nous, comment pourrions-nous être encore intéressés par le Cid? Depuis plus de trois siècles et demi, les goûts et les mentalités ont tellement changé!
Tout a beaucoup évolué, c'est sûr. Nous sommes plus difficiles à étonner que nos anciens, et nos règles morales se sont bien assouplies. Sommes-nous, pour autant, indifférents aux actes de courage et de générosité? L'idée de l'honneur est-elle morte chez nous? Parions que, quand vous connaîtrez Rodrigue, vous l'aimerez, et même, vous l'envierez.

theatre

Son histoire, c'est l'histoire d'un vainqueur. La malchance va tomber brusquement sur lui et le pousser de victoire en victoire. La malchance, et quelques autres facteurs.
Il est un peu plus âgé que vous, mais pas tellement, s'il a vingt ans, c'est un maximum.

Il est sympathique, et même séduisant, les deux filles de la pièce sont amoureuses de lui, les messieurs sérieux l'estiment. Pour l'instant, il n'a pas fait ses preuves, mais il sera probablement un grand guerrier, comme son père.
... Un heureux mariage se prépare (I- 1 et 2).
La pièce s'ouvre sous de riantes perspectives... 
Rodrigue aime Chimène, qui l'aime aussi, ils sont tout à fait assortis par l'âge et le milieu familial. Leurs deux pères, qui ont fait la guerre ensemble, se connaissent et s'apprécient beaucoup. Don Diègue va bientôt faire la demande pour son fils, nous savons qu'elle sera acceptée par le comte de Gormas, le père de la jeune fille, qui doit choisir pour elle entre deux prétendants.

La fille du roi, l'Infante (nous sommes en Espagne) aime elle aussi notre beau jeune homme, mais il n'est pas question pour elle d'amourettes, ni de mésalliance, car le mariage d'une princesse concerne l'État. Alors, pour éviter de rêver inutilement sur ce sentiment qu'elle garde secret, elle a imaginé de favoriser autant qu'elle le peut le mariage entre Rodrigue et son amie, la jeune Chimène.

chimene

Observons ces deux jeunes filles.
Chimène n'a pas dit à son père lequel de ses soupirants elle préférait, si, par malchance, il choisissait l'autre, elle l'épouserait, et tant pis pour son bonheur et celui de Rodrigue. Pourquoi ce silence qui semble vraiment absurde?

Pour deux raisons, qui vont peser lourd dans la suite.
1- La première, c'est qu'elle est totalement soumise à son père et lui donnera toujours raison.
2- La seconde, c'est qu'une jeune fille bien élevée n'avoue pas facilement ses sentiments.

L'Infante ne songe pas un instant à épouser Rodrigue parce qu'elle a ce qu'on appelle le sens du devoir, auquel il est normal de sacrifier sa propre satisfaction. Elle a aussi le sens de la loyauté, ce qui lui interdira toute intrigue auprès d'un homme marié.

Voilà deux demoiselles pleines de principes!

Les règles qu'elles suivent nous paraissent à juste titre très contraignantes. Si elles donnaient à ceux qui les respectaient de solides repères pour se conduire dans la vie, elles posaient parfois, nous allons le voir, des cas de conscience terribles.

Mais quel bonheur fou pour celui qui, en dépit de toutes les objections a suivi la voie qui lui semblait juste, celle que lui dictait l'honneur, et qui a réussi!

Pensez à cette équipe de sauveteurs qui vient d'accomplir dans la Vanoise un exploit inespéré, pensez à ce navigateur qui a renoncé à ses chances de victoire et s'est détourné de sa route pour tirer de la tempête une concurrente en grand péril, pensez et à tant d'autres, qui, plus obscurément, risquent eux aussi leur tranquillité ou leur vie pour porter secours à des inconnus en danger! Comme nous leur sommes reconnaissants, et comme nous voudrions être assez généreux pour les imiter!

Mais revenons à nos jeunes filles, si réservées. Évidemment, elles n'ouvrent leur cœur qu'à des personnes très sûres. On trouve ainsi auprès de la plupart des héros un proche, ami, ou serviteur, qui lui sert de confident, il est pour lui une sorte de miroir, un miroir parlant, où non seulement il s'observe, mais qui l'informe, l'interroge et l'amène à bien préciser sa situation. Grâce à ces gens fort précieux, nous savons exactement où en sont leurs maîtres. Un autre procédé, plus artificiel, mais plus frappant, le monologue, permet aussi à un héros de s'exprimer en toute liberté.

Tous deux contribuent à donner sur l'action ce qu'on appelle parfois "le regard de Dieu", c'est à dire une vision claire et complète des choses. En effet, notre théâtre classique prend forme au moment où se développe la réflexion logique, sous l'influence du philosophe Descartes, dont le Discours de la Méthode pour bien conduire sa Pensée est édité en 1637. On dit, depuis cette époque, que les Français ont l'esprit cartésien, un esprit qui raisonne!

=> ... Hélas! Pendant que nous raisonnons, pour Rodrigue,
Tout bascule (I-3, I-4)!

° Rubrique littérature http://www.philagora.net/frindex.php

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express