° Rubrique Francophonie

Des colonies étrangères à Istanbul   

 

dans les années 1930-1950  

par Er Ayten  

 

  Page 1 - page 2 - page 3

Site Philagora, tous droits réservés ©

__________________

Dans cette  recherche visant à étudier la vie artistique et culturelle à Istanbul dans les années 1930-1950, nous examinerons la fonction des associations turques et des colonies étrangères vivant en Turquie et qui, depuis l'abolition du régime des capitulations et la mise en application des clauses du Traité de Lausanne (24 Juillet 1923), jouissent des droits publics au même titre que les Turcs.

Dès 1700, il existait à Istanbul et à Izmir des journaux hebdomadaires, plus tard bi-hebdomadaires et enfin des quotidiens, rédigés en français et en italien. Souvent un organe de langue française appartenait à un étranger (tel est le cas de La Turquie dont le propriétaire, M. Bondini, était italien), celui du Levant Herald qui appartenait à un maltais, l'avocat Lewis Mizzi, ou encore du Moniteur Oriental publié par un grec, Le Beyoglu qui était rédigé en un français parfait appartenait à Gilberto Primi, italien  L’Istanbul fondé en 1867 par un anglais, était, devenu en 1895 grâce à l'Ambassadeur de France M.Constans et à son rédacteur Régis Delbeuf-l'organe de défense des intérêts français. Il continue à exister sous la direction d’un français. Julien Lemoyne, après avoir appartenu à Pierre le Goff (de 1912 à 1945) et avoir été dirigé par Gérard Sabatier de 1945 à 1954 et par René Houille de 1954 à 1958. Le Journal d'Orient, quotidien, parait en français depuis 1918, sous la direction de son propriétaire M.Albert Karasu et la collaboration de sa femme Angèle Loreley Karasu et de Jean de Peyrat, chroniqueur."

La position culturelle de la France en Turquie n'est certes pas ce qu'elle était au temps de l'Empire Ottoman où la langue française était, de loin, la langue étrangère la plus répandue, mais les colonies étrangères importantes conservaient des lieux de réunions où l'on jouait aux cartes, où l'on entendait des conférences, et des salons dans lesquels étaient donnés des fêtes de bienfaisance, des concerts, des dîners et des soirées dansantes, des thé- dansants et des bals.

Les français possédaient  L’Union Française, fondée par l'ambassadeur Constans en 1895; les Allemands Le Teutonia fondé vers 1900; les grecs" L'Union hellénique; les italiens La Casa d'Italia" (La Société operaji que fréquentait Garibaldi, le Circolo Roma et L'Unione Sportiva). Les Juifs avaient encore dernièrement la société Béné-Bérith; les Yougoslaves La Yougoslavenska Sloga, les Suisses le Club Suisse.

A la veille du jour de l'An, pendant le Carnaval et durant tout l'hiver, à part se rendre aux cocktails et participer aux réunions dans les nombreux consulats qui, depuis que les ambassades ont transféré leurs sièges à Ankara, occupent les anciens palais des ambassadeurs, et à part les bals de bienfaisance donnés dans les salons des hôtels ou du Casino Municipal on dansait et l’on dînait très souvent dans les cercles des colonies étrangères, lesquelles entretenaient entre elles des rapports cordiaux... excepté au cours des guerres bien entendu.

Groupés autour de leurs ambassades, consulats, tribunaux consulaires, églises, écoles, hôpitaux et clubs conservaient jalousement leur foi, leur nationalité et leur langage bien que peu à peu, grâce aux écoles, le français devint leur langage commun.

Durant cette période, hormis toutes les associations des colonies étrangères dont les noms ont été cités ci-dessus, d'autres ont influencé la vie artistique et culturelle d'Istanbul. Il s’agit des associations turques. Telles que:
 L'Université d'Istanbul, Le Lycée de Galatasaray, Dame de Sion, Les cinémas, la société de Bienfaisance, Théâtre municipal, Les maisons du peuple de Eminönü, de Beyoglu, de Şişli, de Kadıköy et de Kartal, L'Union des Beaux-arts, Conservatoire, Casino de Taxim, Arkadaşlık Yurdu, Théâtre de la ville, l'Union de la presse, Association des journalistes.

L’université d’Istanbul pouvait se prévaloir d’être l’un des lieux les plus actifs tant sur le plan de la qualité des conférences  et des causeries données en turc ou en français par de brillants auteurs et professeurs, que sur celui des diverses manifestations qui s’y déroulaient. A titre d'exemples, nous avons choisis les dates où ont été produites des activités remarquables.

Le 8 Avril 1929: Une cérémonie aura lieu le 15 courant à l'Université de Stamboul à la mémoire de feu Yonous Emré, célèbre poète turc, vécu au 13.siècle. Y assisteront des étudiants, des professeurs et des fontionnaires.

Le 29 Novembre 1934:Aujourd'hui à 17 heures La société Turque des Sciences physiques et naturelles, donne une conférence publique dans la grande salle de L'Université. Le sujet qui sera traité est "Le problème de la détermination des sexes" La conférence sera faite par le professeur Heilborn.

Le 5 Novembre, 1935:  Aujourd'hui à 17 h 30 sera donnée dans la grande salle de l'Université par le professeur Karl Neuberg, directeur de l'Institut Kayserling de Berlin, une conférence sur "Le Microbe au service de l'humanité"

Le 29 Novembre 1935: Le professeur Reiehnbach a fait, hier, une conférence à l'Université sur la philosophie David Hume.

Le 11 Décembre 1935: Le Professeur Hirsch donnera demain dans la salle de l'Université à l'intention du public une conférence sur “les impressions de voyage en Anatolie".

Le 19 Mai 1937: M.Marcel Mijou, membre de l'Association des Ingénieurs belges a fait hier dans la salle de Conférence de l'Université d'‹stanbul une conférence sur "Les Carburants nationaux".

Le 2 Avril 1945: Conférence à l'Université, Le professeur, Ord, Charles Crosat de la faculté de Droit, parlera mardi 3 avril à 18 h 10 une conférence sur "L'Avenir de la cour de justice internationale".

Le 29 Decembre 1946: Conférence: Le professeur Philip C. Jessup de l'Université de Columbia, invité par l'Université d'İstanbul dans le courant de janvier, il donnera quatre ou cinq conférences.

Le 22 Janvier 1947: Une conférence sur Hamid: L'Association des licenciés de la faculté des lettres de l'Université d'Istanbul a organisé une série de conférences qui seront données au Halkevi d'Emineunu.

 

'Aller à la page suivante- page 2  

° Rubrique Francophonie

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express