° Rubrique Droit et Justice 

DROIT et JUSTICE 

Rubrique animée par Jean Jacques SARFATI  

Une définition de la justice comme limitéité

 

 

Pages - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 notes ( nouvelle fenêtre)

Philagora tous droits réservés
_____________________________

C) Conséquences de la définition proposée par rapport aux liens qu’entretient la justice avec des concepts proches. Elles sont au nombre de quatre  : 

 

1) la conséquence du lien justice/égalité/liberté/solidarité. Cette définition ne prétend nullement remettre en cause des valeurs fondamentales telles que la liberté, la solidarité ou l’égalité. Elle ne prétend pas non plus remettre en cause toute idée de justice corrective ou distributive. Elle rappelle simplement que la liberté ou l’égalité ne doivent pas être confondues avec la justice. Il s’agit ici de concepts distincts dont les limites doivent être évaluées . La justice Est donc ce qui nous autorise à nous demander si il a été ou non fait un usage juste de la liberté, de la solidarité ou de l’égalité mais elle est aussi ce qui nous autorise à juger l’usage juste de la « vérité », de l’amitié, etc.. Elle n'est ni la liberté, ni la solidarité, ni l'égalité qui sont des valeurs fortes mais distinctes de celle-ci.

 

2) La conséquence sur le lien justice/force. Le fait que la justice soit la limitéité explique en effet et la force qui s’attache à l’idée de justice  et le fait que celle-ci ne peut s‘assimiler par la force.  Nous dire que d’aucuns pourraient ignorer ce qui fonde l’idée de « limite » nous révulse car nous savons que celle-ci est à la fois ce qui nous préserve de l’autre et ce qui nous autorise à entrer en relation avec lui. Cette révulsion est à l’origine de la « force »  ou de l’importance que nous attachons au concept de justice.

Cependant, dans le même temps ce point « focal » est insaisissable. A notre crainte de le voir ignoré s’ajoute ainsi la peur que fait naître en nous l’incertitude qui s’attache à son objet.

Cette double peur ne peut que favoriser la violence qui naît de l’obscurité. Si tout ceci s’opère par la force, le cercle est rarement vertueux car la force crée la précipitation qui  favorise soit les méprises ( de notre part ou de celle de nos vis-à-vis), soit les individus qui prétendent l’incarner et en l’incarnant nous rassurer tout en nous gouvernant plus subtilement . Et ces faux amis tout comme ces méprises augmentent l’obscurité et ce à l’infini.

 

3) La conséquence du lien justice/impartialité. La justice entretient des relations avec l’impartialité. Le fait qu’elle soit limitéité explique ce lien. L’impartialité qui est requise ici est une neutralité dans le respect des spécificités de chacun( être, concepts, choses), mais aussi dans le droit qui est le sien de se voir reconnaître une singularité et des limites propres à  fonder dans sa spécificité.
 

4) La conséquence du lien justice et savoir. Justice et vérité sont souvent liés. Lévinas le rappelait dans une phrase rassemblant nos intuitions sur ce point. Pour lui, « La justice est impossible à l’ignorant ».(30b) .En effet, si la justice est limitéité, pour prétendre être juste il faut nécessairement connaître la singularité des concepts ou des individus ou des situations pour pouvoir l’apprécier et la mettre en œuvre sans erreur…

Nous avons étudié les différentes doctrines précédentes sous l’angle de leurs avantages et inconvénients, qu’en est-il à présent de la théorie proposée ?

 

 

III) Avantages et critiques envisageables de la définition proposée

Quels sont les avantages et les inconvénients de la théorie proposée ?

 

A) Avantages de la doctrine

 

La théorie proposée présente,selon nous, les avantages cumulés des deux doctrines étudiées . En effet a) des doctrines rawlsiennes, il reprend cette idée que dans toute philosophie du droit , ce qui importe est de proposer une définition de ce qu’est la justice, pour permettre aux juristes de déterminer les fondements de leur pratique mais aussi pour prendre des décisions dans les cas difficiles, lorsque les textes se contredisent, etc... b) En revanche, des doctrines positivistes, celle proposée est parvenu;selon nous, à offrir une définition de la justice qui renoue avec l’impératif de neutralité axiologique. La limitéité en effet est dans cette doctrine, proposée, en tant que « point focal » d’où s’origine et se fonde l’idée de limite. Mais le point focal reste encore indéterminée, il n’est pas « fermé ». De plus, la nature des limites qui s’originent à partir de lui ne sont pas précisées. Elles peuvent tout autant être naturelles, que conventionnelles ou individuelles ou les trois à la fois. Du point de vue de la neutralité, la définition ainsi proposée est d’ailleurs plus « neutre », nous paraît-il que les doctrines positivistes car celles-ci nous l’avons vu, postulent pour une définition du droit qui incline à une certaine vision technocratique de celui-ci.(31)

 

Il peut être alors reproché ainsi, en ne contentant qu’à moitié les deux de ne satisfaire totalement personne. Mais en fait, la définition de la justice comme limitéité ne prétend pas satisfaire chacune des doctrines « à moitié ». Elle prétend proposer une méta -définition de l’idée de justice capable de toutes les synthétiser. Ainsi, l’idée de limitéité ne remet pas en cause les postulats positivistes puisqu’elle a juste pour projet de justifier la raison pour laquelle les hommes ressentent le besoin d’avoir des lois. Ils ressentent un tel besoin pour que ces lois mettent en « forme » l’idée de limitéité dont-ils pressentent la nécessité. De même pour les théories post-rawlsiennes ou rawlsiennes. Pourquoi les auteurs en question recherchent-ils à définir ce qu’est la justice et accordent-ils autant d’importance à ce terme ? Parce qu’ils pressentent que tout se fonde à partir de lui. Sans doute une telle intuition était-elle bien exprimée par Anaximandre lorsque ce dernier écrivait :« tout ce qui est se maintient parce qu’aucun n’est l’illimité ; si un seul l’était, il détruirait tout… »(32). L’idée de limite est la condition du « maintien » et du tout et des parties.

 

Vers la page suivante : B) Inconvénients ou critiques possibles de la théorie proposée

° Rubrique Droit et Justice   jean-jacques.sarfati@wanadoo.fr

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express