° Rubrique Droit et Justice 

DROIT et JUSTICE par Jean Jacques SARFATI 

 jean-jacques.sarfati@wanadoo.fr

Tentative critique et interprétative de la vision de la peine et du Droit pénal chez M. Foucault 

Pages: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 

Philagora tous droits réservés

__________________

 

Note première sous- partie
(1) « La société punitive » in « Résumé des cours ». 1970-1982 Julliard 1994 p 29 et suiv. « Moi Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur, mon frère ». Gallimard, 1973
(2) II s'agit essentiellement ici des textes parus dans « DITS ET ECRITS » TOME III et TOME IV Gallimard 1994. Nous les citerons fréquemment. (3) G Deleuze :« Michel FOUCAULT »Ed de Minuit. 1986 p 105 (4) « Résumé des cours » précité p. 48
(5) « Raymond Roussel ». Gallimard 1963. Folio Essai 1992 p 20 
(6) Résumé de cours, précité p 35
(7) DETIVp644
(8) DE précité T IV p 631
(9) DE T IV précité p 278
(10) D. ERIBON p 85. M. Blanchot « Foucault tel que je l'imagine ». Fata Morgana 1986. L'auteur nous révèle d'ailleurs que
contrairement
à ce que l'on pensait, Foucault était présent en mai ou juin dans la cour de la Sorbonne mais il ne disait rien. (11)SPp287
(12) C. Taylor in op. précité.
(13) SP p 288
(14) JC. MONOD :« Foucault - la police des conduites ». Ed Michalon. 1997
(15) Sous la direction de D. COUZENS HOY « Michel Foucault. Lectures critiques » précité. . C Taylor écrit d'ailleurs parfaitement à ce propos «l'oeuvre de Foucault est une dénonciation ». p 86
(16) M. FOUCAULT « Dits et écrits » T II p 330 n° 157 (17) SP p 310/311
(18) « Dits et écrits ». T III P 291 Gallimard 1994
(19) II emploie exactement ce terme, pour preuve effectivement son attitude ambiguë ou paradoxale face à la fonction de juger et au droit. SP p 311. M.F. écrit ainsi que les « bavardages de la criminologie » traduisent le « fait majeur que le pouvoir qu'ils exercent (les juges) a été dénaturé. »
(20) SP p 311. C'est donc bien dans cette dénaturation et non dans l'inconscient du juge qu'il faut trouver les causes de cette dérive, nous explique Foucault. (21) SP p 77
(22) Traité des délits et des peines. Lausanne. 1766 p 110 (23) SP p 77
(24) SP p 80
(25) SP p 90
(26) SP p 79
(27) Comme le note J. Rajchman, op précité p. 83 . Pour M.F. le « 18ème siècle a sans doute inventé les libertés, mais il leur a donné un sous sol profond : la société disciplinaire dont nous relevons toujours »
(28) SP p 78
(29) A. GARAPON et D. SALAS « La république pénalisée ». Hachette 96 p 8 (30) G. Deleuze « FOUCAULT » Ed de Minuit 1986 p 37 (31) Ibid p 38
(32) SP p 277
(33) SP p 281
(34) SP p 280
(35) « Michel Foucault. Lectures critiques. » Ed De Boecke Université. précité. p 123' (36) SP p 119
(37) SP p 120
(38) SP p 128
(39) SP p 143
(40) SP p 151
(41) SP p 155
(42) SP p 228 (43) SP p 314 (44) SP p 304
(45) JC. Monod « Foucault. La police des conduites. Michalon 1997
(46) SP p 308 (47) SP p 311 (48) SP p 312 (49) SP p 270 (50) SP p 207

Notes de la deuxième sous-partie

(î)SPp158etsuiv.
(2) « Michel Foucault ». D. MACEY. Trad P. E. DAUZAT. Gallimard 1993 p 34. Pour ce biographe et cela est également confirmé par D. ERIBON « Michel Foucault » Flammarion 1991, Foucault aurait souvent confié à ses amis la haine qu'il vouait à son père et ses âpres querelles avec lui. p 34
(3) DE T IV précité p 638
(4)Rajchman « Michel Foucault : la liberté de savoir ». Trad S DURASANTI PUF 1987p 99
(5) DE T IV p 638 « J'ai toujours tenu à ne pas jouer le rôle de rintellectuel prophète » dira-t-il peu de temps avant sa mort, comme pour faire un bilan de son existence philosophique.
(6) D ERIBON a bien montré dans l' op.cité « Foucault et ses contemporains » p 55 qu'il était difficile de vivre dans les années 50 en tant qu'homosexuel et d'être en même temps élève de l'école normale supérieure. Ces moeurs contraignaient à la clandestinité. (7) Phrase reproduite par D. ERIBON précité p 282 (8) D. ERIBON p 60
(9) DE T IV p 585 « Les meilleures théories ne constituent pas une protection bien efficace contre des choix politiques désastreux ; certains grands thèmes comme l'humanisme peuvent servir à n'importe quoi ». p 585 (10) « Michel Foucault philosophe. Rencontres internationales 9. 10. 11 Janvier 1988 Le seuil p 55.et p 58
(11) L. FERRY et A RENAUT « 68-86 Itinéraires de l'individu ». Gallimard 1987 p 84 
(12) L. FERRY et A. RENAUT précit p 83
(13) DE TN précité p 631
(14) D. ERIBON précité p 157
(15) « RAYMOND ROUSSEL » précité p25
(16) Ibid p 20
(17) J. ZOUIGRANA « Michel Foucault : un parcours croisé Levi-Strauss, Heiddegger ». L'harmattan. 1998 p 42
(18) « L'archéologie du savoir ». Gallimard 1969 p 101
(19) A. GLUCSKMAN dans « Michel Foucault, rencontres internationales 9, 10, 11 Janvier 1988 » précité p 396
(20) L'intérêt que M.F. a su porter à Diogène et aux cyniques à la fin de sa vie est parfaitement mis en évidence par J. MILLER dans « La passion Foucault » PLON p 416 et suiv.
(21) M. BLANCHOT « FOUCAULT tel que je l'imagine » FATA MORGANA 1986 p 47 (22) J. Colombel :« Michel Foucault » 0. Jacob 1994 p 238 (23) J. Colombel. « Michel Foucault ». O. Jacob. 1994 p 28)
(24) BLANCHOT précit p 34. Il déclare que la politique a fait irruption dans la vie de Foucault avec 1968
(25) M.F. cité par J. MILLER précité p 32 « Quelqu'un qui est écrivain ne fait pas simplement son oeuvre dans ses livres, dans ce qu'il publie et son oeuvre principale c'est finalement lui-même écrivant ses livres. »

Note II) Seconde partie et conclusion
(1) AS p 273
(2) AS p 274
(3) Voire notamment pour une analyse de ce sujet A GARAPON et D SALAS :« La république pénalisée » Hachette 1996 p 18 et suiv. (4) Sp p 29
(5) Sp p 35
(6) Précité supra
(7) DE TIV p 631
(8) DE TIV p 586
(9)DET111 p135
(10) DE T II p298
(11) DE TIl p251
(12) DE T II p 505
(13) DE T IV p 209. M FOUCAULT évoque même la nécessité de travailler entre deux « fourchettes », celle du juridique et de l'anthropologique. (14) DE T IV p 707
(15) II suffit de rapprocher à cet effet, le travail de Foucault et les déclarations des hommes politiques influents de cette époque. Pour cela, il convient de s'en rapporter au « coup d'Etat permanent » publié par un certain F Mitterrand et aux oeuvres complètes de Pierre Mendés France T V Gallimard qui (pourtant considéré comme modéré) évoque à plusieurs reprises avec ses interlocuteurs son sentiment sur un régime qu'il juge « dictatorial ». Il y a ici une crainte de ces hommes en « noircissant » le paysage que la France ne retombe dans les errements de 1939 sans doute. Mais leurs craintes étaient réelles.
(16) DE TIII p 133. Foucault écrit d'ailleurs à ce sujet alors que la liberté semble plus grande sur le sujet « Pendant les années 1945-1965, il y avait une certaine manière de penser, un certain style de discours politique, une certaine éthique de l'intellectuel. Il fallait être à tu et à toi avec Marx, ne pas laisser ses rêves vagabonder trop loin de Freud... » 
(17) DE T IV p 180

Pages: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 

° Rubrique Droit et Justice 

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art