° Rubrique Aide aux dissertations de philosophie par J. Llapasset

  • Les bases de la paix comme union du rationnel et de l'irrationnel?

    "Si donc la paix doit être une bénédiction pour tous, il faut qu'elle repose sur des bases simples et universelles. Elle ne doit pas seulement être une oeuvre politique, ni même, en un sens supérieur, spirituelle, mais encore la source des forces bénéfiques de puissance généreuses. Elle repose donc logiquement sur des principes et théologiquement sur des paroles de salut.
    == De Ernst Jünger: 

    Cela vous semble-t-il éclairer le lecteur des trois oeuvres du programme?

Esquisse niveau prépas: http://www.philagora.net/ph-prepa/dissert-prepas/ 

Site Philagora, tous droits réservés

_______________________________________________________

Voir les menaces, au sein même de la paix, dans l'œuvre d'Aristophane : les méfaits de la culture sur les enfants, une éducation tournée vers la guerre, les stratégies des devins et des marchands de morts. Tout cela n'appelle-t-il pas une action articulée sur un raisonnement vigilant, un état de guerre orienté vers la paix 

=> Voir : S'il faut appeler paix, l'esclavage, la barbarie ou l'isolement il n'est rien pour les hommes de plus lamentable que la paix." Spinoza TRAITE THEOLOGICO POLITIQUE.

=> Le problème : L'auteur s'attaque ici au problème suivant: comment articuler le mécanisme, l'intelligence, le sentiment? Le clos et l'ouvert, la contrainte et l'appel, la rigueur et l'enthousiasme ( = être en Dieu): à la croisée de la rigueur classique du romantisme allemand et du symbolisme français.

Cette pensée par son ampleur permet d'éclairer de nombreuses perspectives ouvertes par les trois oeuvres du programme.

=> Le plan de votre étude : il peut être très classique.

- dans une première partie, vous dépliez le texte en soulignant son mouvement, son articulation logique: Si ... il faut ... pas seulement..... mais encore .... Elle repose donc.
- Dans une deuxième partie vous montrez son intérêt pour celui qui veut penser la paix et en particulier pour éclairer des  perspectives  propres aux trois oeuvres.
-
Dans une troisième partie vous soulignez les limites d'une telle pensée.

=> Pour la première partie:

a) première phrase ou point de départ:

Si : normalement, c'est le point de départ d'un raisonnement hypothético-déductif. Mais ici le terme signifie : puisque: en effet l'auteur s'appuie sur ce qu'il vient d'établir.
Donc : c'est une déduction de ce qui a été établi (dans ce qui précède).
La paix : à relier au verbe être: il s'agit de la paix
réalisée qui a besoin d'un certains nombre de fondements pour durer, pour se perpétuer.
Doit être : comprendre aussi pour être la paix, sinon il ne s'agirait pas de la paix:. L'auteur donne une caractéristique essentielle de la paix: elle doit être pour tous. Une paix qui ne serait pas partagée ne serait pas une paix, comme une liberté qui ne serait pas pour tous: une loi qui ne serait pas pour tous ne serait pas une loi.
Bénédiction pour tous: terme à prendre dans son sens propre: c'est une grâce accordée par Dieu, une faveur , un peu comme cette déesse que l'on va chercher dans la paix d'Aristophane ou comme la conversion dans Quatrevingt-Treize. Notez que, une bénédiction pour tous mêle
le sentiment et la raison, la faveur et la rigueur.
Il faut : ici il s'agit de la rigueur d'une déduction, d'une nécessité logique.
Repose = ait pour fondement, s'appuie sur.
Base : principe fondamental sur lequel repose une institution, appui, assiette ... Notez le pluriel (dans le texte) car il va y avoir union des contraires.
Simples et universels : développent pour tous: accessibles à tous et  partagées par tous, ce qui implique  un engagement de chacun.

b) deuxième phrase: complexité:
- Plus qu'une machine qui fonctionne toute seule, qui perpétuerait la paix mécaniquement, plus qu'une technique.
- Plus qu'une oeuvre de l'esprit, d'un esprit indépendant de la machine.
- La paix comme origine des forces, orientées vers la réalisation du bien, de puissance qui produit beaucoup d'effet. Prendre en considération cette affirmation de l'auteur "La véritable paix suppose un courage qui dépasse celui de la guerre: elle est activité créatrice, énergie spirituelle." Jünger, La Paix, Édition Table ronde, page 151.

c) Conclusion sous forme de déduction: dernière phrase
: Ce qui fonde la paix, son pivot, son assise, ce qui la produit et la perpétue a une double face:

- Du point de vue de la logique, "logiquement":  nécessité qu'elle soit pour tous et partagée par tous.

Du point de vue théologique "théologiquement" : la théologie c'est d'abord, l'étude, la prise en considération des textes sacrés dans un rapport à des paroles qui prétendent être paroles divines, des paroles de vie: par exemple, dans l'Évangile: "Bienheureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu".

=> Pour la deuxième partie: quelques pistes.

= Voir: Hugo , Quatrevingt-treize 

La permanence du sacré alors même qu'est proclamée la mort de Dieu. (Quatrevingt-Treize ..?.)
La foi en une harmonie de l'univers qui foisonne de signes à déchiffrer (voir Baudelaire, La nature est un temple ... ou, bien entendu, Victor Hugo. (Quatrevingt-Treize
...)
Le Soldat de l'Idée met sa force et sa force et sa puissance au service du bien. (Quatrevingt-Treize ...)
L'insuffisance radicale d'un montage technique qui sera toujours plus efficace au service de la guerre et de la mort.
Le romantisme allemand et le symbolisme français mêlés.
Le recours à la divinité. (Aristophane .... => Aristophane , La Paix  )
Voir aussi chez Kant, la paix perpétuée comme une habitude par un mécanisme bien monté. La paix est aussi une espérance.
Soulignez l'intérêt de l'écriture quasi parfaite de Jünger. Perfection de la forme et du contenu qui allie la rigueur et le sentiment, le rationnel et l'irrationnel ! Son refus de séparer force et puissance.

=> Pour la troisième partie: à vous de jouer.

Vous pouvez essayer de montrer les limites de l'entreprise qui consiste à vouloir une oeuvre à la fois technique, spirituelle et produite par une conversion. Remplacer un socle par des bases qui n'entreraient pas en conflit.
C'est un peu comme si on voulait qu'un rêveur soit en même temps éveillé.
Peut-il y avoir une fécondité du songe éveillé ?
(voir Victor Hugo  )

Pour Kant, l'espérance est fondée sur un fait: la paix est devenue une valeur.
Vous pouvez à défaut vous confier pleinement à l'article sur Jünger dans l'Encyclopaedia Universalis

=> - LA PAIX (prépas)

° Rubrique Aide aux dissertations de philosophie

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express