° Rubrique Aide aux dissertations > Aides réflexion: Philo corrige 1  Philo corrige 2  Philo corrige 3

  •   Pourquoi ai je tant besoin d'être reconnu par autrui?

Site Philagora, tous droits réservés

_______________________________________________________

== Pour la compréhension du sujet, vers le problème:

Est-ce que c'est un besoin ou un désir: manque éprouvé : de quoi? Que peut m'apporter la reconnaissance d'autrui? Que je suis un sujet et non pas un animal avant tout soucieux de sauver sa vie? Si je suis désiré c'est que je suis un centre, un sujet reconnu comme sujet? Qu'est-ce qui me manque dans la solitude pour me reconnaître?
Reconnaître: le contraire de la méconnaissance: si dans la méconnaissance je traite l'autre comme un objet, dans la reconnaissance, je le traite comme un sujet, comme une personne, celle que je suis moi même.

"Puisqu’il est nécessaire que chacune des deux consciences de soi, qui s’oppose l’une à l’autre, s’efforce de se manifester et de s’affirmer, devant l’autre et pour l’autre, comme un être-pour-soi absolu, par là même celle qui a préféré la vie à la liberté et qui se révèle impuissante à faire, par elle même et pour assurer son indépendance, abstraction de sa réalité sensible présente, entre ainsi dans le rapport de servitude." Hegel, Phénoménologie de l’esprit.

6- "Le serviteur est dépourvu de soi; son soi est un autre soi, en sorte que, dans le maître, il s’aliène et se supprime comme le singulier et qu’il a lui l’intuition de son soi essentiel comme d’un autre soi. Au contraire, dans le serviteur, le maître a l’intuition de l’autre Je comme d’un Je supprimé, et celle de son propre vouloir singulier comme d’un vouloir conservé." (Histoire de Robinson et de Vendredi) . Hegel, Ibidem

7- "Chacun attend que son compagnon l’estime aussi haut qu’il s’apprécie lui même et, à chaque signe de dédain ou de mésestime, il s’efforce naturellement… d’arracher la reconnaissance d’une valeur plus haute: à ceux qui le dédaignent, en leur nuisant; aux autres par de tels exemples." Hobbes, Léviathan. 1651

= Si autrui est mon semblable cela a-t-il un sens d'affirmer que je pourrais manquer de ce qu'il a, au point de le recevoir et de le lui devoir, puisque, étant semblable à lui, j'ai ce qu'il a; On ne demande et on ne reçoit que ce que l'on a pas; Conséquence pour le sujet puisque, autrui ne pourrait me donner que ce que j'ai déjà ou que je peux avoir par moi-même ?

= Bien lire ce cours:
http://www.philagora.net/ph-prepa/demarche.php

.J. Llapasset

° Rubrique Aide aux dissertations > Aides réflexion: Philo corrige 1  Philo corrige 2  Philo corrige 3

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express