° Rubrique Aide aux dissertations > Aides: Philo corrige 1  Philo corrige 2  Philo corrige 3

  • L'art est il un travail ou un jeu? En quoi peut-on dire que l'art est une chose sérieuse? L'activité de l'artiste est-elle un travail?

_________  Site Philagora, tous droits réservés ________

 

== Pour la compréhension du sujet, vers le problème:

Distinguer le point de vue du créateur et le point de vue de l'amateur grâce à la page sur l'art 

=> Pour quelle raison peut-on affirmer que l'art est un jeu? n'est-il pas gratuit? N'est-il pas lui même sa propre fin? Ne permet-il pas le libre jeu de l'entendement et de la sensibilité chez l'amateur qui dit "c'est beau". 
=> Pourtant devant l'œuvre belle je porte un jugement:
c'est beau

=> Pour quelle raison peut -on affirmer que l'art est un travail, le résultat d'une action: Voir Citations A, 3 l'art se distinguer de la nature...  

Pour la recherche des idées vous pouvez utiliser l'aide suivante:

En quoi peut-on dire que l'art est une chose sérieuse?

En quoi=appelle une réponse précise: en ce que l'art...

sérieuse = qui ne gaspille pas l'instant, qui ne le fuit pas dans la nostalgie du passé ou dans le rêve du futur, qui sait l'importance de l'action et du devoir dans l'ici et le maintenant.

l'art = grâce à la page sur: l'ART , commencez par distinguer soigneusement le point de vue du créateur et celui de l'amateur.

Étonnez-vous! Si le sérieux s'empare de l'actuel aujourd'hui (Kierkegaard) comment une activité désintéressée, qui ne satisfait pas un besoin, qui n'imite pas la nature et qui n'obéit pas à la morale, peut-elle être chose sérieuse: l'inutile, ce qui n'est lié à aucun intérêt peut-il avoir un rapport avec le sérieux?

N'est-il pas plus sérieux de travailler, de ne pas perdre son temps, de faire son devoir

=> Recherche des idées:

-Parce qu'il exclut le désir destructeur qui fuit vers un mauvais infini, l'art n'est-il pas refus de noyer la conscience et l'instant dans le plaisir? n'est-il pas désir réfréné, application?

-Parce qu'il vise à la production d'une oeuvre belle l'art ne se tourne ni vers le passé ni vers le futur mais vers le présent: l'oeuvre incarne dans la permanence l'idée qu'elle rend sensible (voir les pages sur l'art:
Monet
Delacroix..

L'arlequin, à la mort, à la vie
 

- Du point de vue de l'amateur qui exerce sa liberté dans le jeu de sa sensibilité et de son entendement n'y a-t-il oubli du désir et contemplation de ce qui se donne dans le présent? En quel sens cette activité peut-elle être qualifiée de sérieuse? En quoi instaure-t-elle l'humanité?

- Du point de vue du créateur, son effort pour rendre le moi sensible, pour re-présenter l'existence, pour présente l'admiration qui l'habite, n'est-il pas infiniment plus important que la présentation naturelle et la monotone aliénation au besoin? Dans une idée n'y a-t-il pas toujours la présence de l'esprit et de la liberté? En quoi ce la peut-il être mis en relation avec ce qui compte, ce qui est vraiment utile, ce qui importe, ce qui est sérieux?

Le sérieux de l'art, le bonheur éprouvé dans l'exercice de la liberté, n'est-il pas folie pour l'opinion qui traduit ses besoins en connaissance?

Pour la recherche des idées: L'activité de l'artiste est-elle un travail?

Commencer par lire l'aide suivante pour les définitions:
 La fin du travail constitue t elle un idéal social?
la fin = au sens de disparition: en finir avec...

travail = activité de l'homme, conscience et volontaire: selon Marx: processus du travail: activité personnelle, objet sur lequel il agit, moyen par lequel il agit (outil ou machine).

idéal = ce dont on poursuit la réalisation, ce mérite d'être poursuivit, ce qu'on chasse, ce dont on se rapproche sans cesse.

social = qui convient à une société, qui mérité d'être poursuivit par une société (groupe d'hommes qui travaillent et échangent).

Étonnez-vous! La question mérite-t-elle d'être posée? Qui ne désire la fin du travail?... Mais peut-on, doit-on la vouloir?

=>Recherche des idées et du plan

Idéal social = la réalisation des individus composant la société?

- Demandez-vous si c'est de la fin de la forme idéale du travail, de la fin  d'une forme sociale du travail (par ex: le travail aliéné
qu'il s'agit)

1) Le travail c'est l'homme...

-Le travail comme négation, transformation du donné naturel intérieur et extérieur. n'est-il pas ce qui définit l'homme: être de culture, qui se
cultive et qui cultive. voir la liberté (les figures de la liberté) la maîtrise de soi...

-Le travail n'est-il pas exercice de la liberté? Liberté d'un être qui refuse de se laisser au libre cours de ses appétits. Analyser l'attention.

Travail = désir réfréné.

-Le travail n'est-il pas articulé sur le désir qui refuse le donné du milieu et le transforme. Conséquence: la fin du travail ne serait-ce pas la fin des hommes?

2) Analyser la division du travail, la technique, le machinisme, la mécanisation, la disparition de l'initiative et la disparition de l'oeuvre.

3) Distinguer le travail comme moyen de vivre et l'oeuvre comme raison de vivre.

L' oeuvre comme manifestation de soi, extériorisation dans l'élément de la permanence, qui remplace avantageusement la ruineuse dialectique du maître et
de l'esclave.---

Pour votre sujet, bien distinguer forme idéale du travail et formes
sociale. Être heureux: qui? voir le bonheur compromis.  

II. Si le travail est une activité ordonnée à la production d'une oeuvre utile, peut-on dire que l' oeuvre d'art est utile? Conséquence pour votre sujet?

Alors que le travail est souvent un moyen de vivre, l' oeuvre d'art est une raison de vivre.

-Ne peut-on critiquer la théorie de l'inspiration? En un certain sens l'activité de l'artiste n'est-elle pas un travail qui se distingue des formes sociales du travail qui sont souvent amputées de l'invention, de l'organisation, de l'imagination et de l'originalité? Ne faut-il pas distinguer le travail de l'artiste qui exige qu'il prenne son temps, qui relève de lui seul, et le travail de l'individu dépendant du travail des autres.

Dans la division du travail l'individu prend conscience de sa dépendance vis à vis de la société; dans l'activité artistique l'individu rend sensible sa manière de voir.

Relier activité artistique et liberté d'où le "travail" acharné de celui qui veut, qui fait ou qui refait ses gammes par exemple.

L'activité de l'artiste est donc une forme de travail distincte des formes sociales du travail. (Division du travail. scission travail manuel/travail intellectuel. 
Voir dans http://www.philagora.net/express.php CLIC sur Travail.  )

J. Llapasset

° Rubrique Aide aux dissertations de philosophie

> Aides réflexion: Philo corrige 1  Philo corrige 2  Philo corrige 3

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express