° Rubrique  J'aime lire > Comédie du livre à Montpellier

La comédie du livre

littérature & bande dessinée

JEAN-PAUL KAUFFMANN

LA LUTTE AVEC L'ANGE

LA TABLE  RONDE

Jean-Paul Kauffmann

La lutte avec l'ange

Un aperçu de Joseph Llapasset      

Rubrique http://www.philagora.net/philoliv.php  

 
 La lutte avec l'ange est une oeuvre de Delacroix peinte sur les murailles de l'église Saint-Sulpice: figuration d'un épisode de la Bible dans lequel Jacob lutte avec un Ange, messager de Dieu, et l'emporte au prix d'une infirmité qu'il traînera toute sa vie.

 Une oeuvre d'art a plus à nous faire dire qu'à nous dire, rien ne l'illustre mieux que le livre de Jean-Paul Kauffmann: c'est que l'œuvre de Delacroix le regarde plus qu'il ne la regarde; ça le regarde au creux même de sa nuit, de la passion qu'il croît fuir sans bouger dans d'immenses efforts dirait Baudelaire.

  Que la chair soit une prison, un défi ou une épreuve de chaque vie, c'est à chacun d'en décider par son courage. Et ce qui nous définit peut-être le mieux c'est notre rapport à ce mal originel, au handicap d'une passion qui fait de nous des infirmes.

  Nous nous embarquons avec l'auteur dans une enquête, une de ces enquêtes en cercles concentriques chères à Maigret, animé que nous sommes d'un fol espoir: trouver la vérité dans une interprétation: à la recherche du sens d'une oeuvre et de notre condition. Nous partageons l'illusion de traquer le moi du peintre rendu sensible, sans nous douter, pauvres fous, que cette quête de sens va inexorablement nous ramener à nous-mêmes, à la nuit de l'épreuve, au cœur du problème (heart of the matter) que hante le désespoir, comme si la lutte avec le bien ressemblait étrangement à une lutte avec le mal!

  Épreuve, présence à soi, passion, tentation semblent conjuguer atrocement le bien et le mal au point que l'illusion de pouvoir enfin fuir sa prison en jetant la lumière sur la prison d'un autre éclate comme résultat et bilan de l'enquête. On ne peut fuir l'épreuve, l'incontournable passion envoyée par le père à ceux qu'il éprouve.

  Nous ne sombrerons pas dans cette détestable habitude de réduire l'œuvre à la vie de l'auteur et, ce qui nous y encourage, c'est que par son texte, par son style frémissant et contenu, l'auteur nous élève à l'universel, nous renvoie à cette nuit dans laquelle nous nous débattons en marchant vers une lumière qui ne peut nous délivrer: 
Kauffmann en s'expliquant avec Delacroix est renvoyé à sa propre épreuve comme un hibou aveuglé par le soleil mais il nous entraîne à sa suite dans un feu d'artifice d'esprit et de culture.

 

Aller à J'aime lire

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express