° Rubrique Lettres > Paul Claudel

Paul Claudel

 L'échange

Perspectives sous forme d'esquisses, par J. Llapasset
Celui qui se cherche s'y trouvera, dans une présentation de la vraie vie ...

 Site Philagora, tous droits réservés

___________________________________________________

  • 5) Ce que Marthe dit d'elle. (page 2) 

Elle dit les conséquences de son engagement, du don total de soi qu'elle a fait au risque paraître une épave dans les mains de Louis Laine pour peu qu'il ne tienne pas son propre engagement. Gardons bien dans l'esprit que Marthe n'est pas encore gagnée par l'intérêt de l'esprit, de la raison.

=> Elle dit le don de soi: elle s'est donnée sans retour. 

Je ferai ce que tu voudras, Louis. (page 15)

Je suis à toi et ma passion est de faire mon service (page 24)

Je ne suis pas libre, et je suis sous tes pieds. (page 25)

Je me suis donnée  ... (page 68)

=> Elle exige son dû.

La femme sans l'homme que ferait-elle? (page 20)

Mais je suis ici pour te la (la vie) redemander. (page 30)

... il n'y a pas d'autres femmes que moi. (page 30)

O Laine, tu m'es unis par un sacrement. (page 80)

=> Elle présente ses qualités d'intuition, elle présente aussi comme une conscience morale, un intuition directe qui ne passe pas par les méandres de la discursivité. C'est l'évidence.

J'écoute. (page 21)

L'œil est fait pour voir et l'oreille pour entendre (page 43)

Je te connais du moins d'une manière où tu ne peux tromper, comme un mouton qu'on pèse l'ayant acheté (page 25)

Elle présente aussi ses défauts: 

Je suis jalouse! (page 31)

Ce n'est pas ma faute si je ne suis pas plus intelligente. (page ... )

Car je t'ai été une compagne pénible et douloureuse (page 105)

=> Pourtant elle pressent obscurément ce qui apparaîtra en toute clarté dans la deuxième version: elle représente le salut pour Laine.

Reste! il y va de ta vie ! (page 104)

Et moi je te défendrai, je te sauverai. (page ...)

Tout au long de la première version, Marthe dit pauvrement sa fidélité, sa sincérité, qui élève son mariage à tout autre chose qu'un contrat que l'on pourrait rompre avec un quelconque dédommagement. Ayant donné ce qui n'a pas de prix, sa liberté naturelle, ce qui ne peut se vendre, ce qui n'a pas de prix, elle exige de Laine qu'il accède à l'autonomie, au travail bien fait que nécessite l'enfant qu'elle porte en elle. Elle le convie donc à la non réciprocité de l'amour, à s'investir totalement dans une oeuvre: toute oeuvre exige le don de soi au delà des petits calcul d'intérêt: en se perdant on se sauve. C'est le meilleur de chacun que l'épanouissement de l'enfant exige. C'est dire que le don de la vie exige d'abord une communion qui est à l'origine de l'enfant: dans cette communion chacun apprendra à aimer ce qu'il fait et finira par éprouver la douceur du devoir accompli. c'est bien le message essentiel que Claudel veut nous faire parvenir même si cela se noie parfois dans la crise intérieure provoquée par l'intrusion de la lumière que figure la première version de la pièce. On comprendra que Marthe, après la mort de Louis Laine se tourne vers Thomas, celui qui fait bien son travail, le pilier qu'il lui faut, pour lui demander de l'aide: ce que Marthe dit d'elle c'est donc sa richesse et son manque, son désir d'une plénitude à laquelle seule la rencontre d'un autre qui relève le pari lui permettra d'accéder: chacun se donnant pleinement à une tâche commune: donner la vie.

Vers la page suivante: Ce qu'on dit de Marthe

° Rubrique Lettres > Paul Claudel

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express