° Rubrique Philo: Capes-Agreg

Aide à la préparation au CAPES -

Rubrique proposée et animée par  François Palacio

Dissertations de philosophie

Faut-il en finir avec la religion?   

(6 heures)

Page 1 - Page 2Page 3Page 4Page 5Page 6 - Page 7

Site Philagora, tous droits réservés ©
______________________________


Conclusion:

Finalement, il serait possible de conclure que la religion, du fait même que nous l'interrogeons, a cessé de remplir son rôle. Ce dernier consiste en effet à fournir une justification de l'ordre social et politique sur un mode tel que son origine surnaturelle nous empêche de le remettre en cause. Or le monde que la religion catholique justifiait était celui d'une vérité absolue, révélée et dont la discussion était impossible. Mais l'avènement de la réforme protestante et la naissance du droit de conscience qui s'ensuit remet justement en cause ce primat d'une vérité unique et rend possible l'argumentation et la discussion rationnelle des articles de foi. Finalement la confiance en la rationalité humaine en arrive à jouer le même rôle d'évidence naturelle que l'obligation irrationnelle de croire en un Dieu transcendant autrefois.

Ainsi si l'on entend par religion, une doctrine absolue comme le fut le dogme chrétien alors la question d'en finir avec la religion ne se pose pas, elle est déjà évacuée. Par contre, si l'on entend par religion l'acceptation spontanée de principes légitimant l'ordre social, alors celui qui critique la religion au nom de la raison agit lui-même religieusement à l'égard de la rationalité qui constitue la plus haute valeur de la modernité occidentale.         

On pourrait cependant nous reprocher de voir dans la confiance accordée aux valeurs humanistes des droits de l'homme une survivance du fait religieux. Nous ne croyons pas en effet en une origine transcendante de ces droits. Mais pourtant si l'on considère que l'essence humaine que vise à réaliser ces droits n'existe qu'en idée, alors dans la mesure où nous faisons  d'une idée la norme de notre action nous agissons bien comme le croyant qui agit en vue de Dieu sans pourtant le voir.

Finalement la question de la nécessité d'en finir avec la religion porte peut-être non pas tant sur la nécessité d'en finir avec la fonction que remplit la religion, l'accord spontanée aux principes de notre culture, que d'en finir avec une ancienne forme de religion dont la rationalité a émergé et dont elle cherche à se défaire.

Mais le risque pourrait être alors de condamner par là même d'autres formes religieuses qui, pour d'autres peuples à l'histoire différente, continuent de jouer un rôle symbolique nécessaire. En finir réellement avec la religion devrait peut-être consister alors à reconnaître la nécessaire relativité de nos valeurs qui nous semblent si naturelles justement parce que ce sont celles qui structurent l'expérience du monde dans lequel nous vivons.

 

 

Page 1 - Page 2Page 3Page 4Page 5Page 6 - Page 7

 

 

 

 

 

° Rubrique Philo: Capes-Agreg

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art