° Réussir sa Philo au Bac

Réussir sa philo au BAC  par J. Llapasset

 Une fabrique de sujets 

Site Philagora, tous droits réservés ©

__________________

D'abord, débarrassez-vous d'une erreur: l'opinion qui se fie au visible croit qu'il y a une infinité de sujets possibles,
et elle se décourage...  l'opinion

Pourquoi est-il toujours possible (on vous demande d'ailleurs de le faire dans l'introduction) de problématiser un sujet? 
Tout simplement parce que le sujet a été produit à partir d'un problème: la problématisation d'un sujet naît souvent d'un étonnement devant le sujet comme si on tombait sur quelque chose que l'on n'avait pas prévu (comment se fait-il que...?). Cette "surprise" vous oriente vers la difficulté fondamentale ou problème: le paradoxe fait signe vers le problème dont il est pour ainsi dire une des figures.

Cerner les problèmes c'est donc se préparer à comprendre une multiplicité de sujets engendrée par tel ou tel problème. 
Car sans le problème la question posée par le sujet ne se poserait même pas: 

- il s'agit de questionner la question posée pour mettre à jour la difficulté qui l'a fait surgir.

- Celui qui apprendrait tel ou tel "modèle", tel ou tel corrigé ne réviserait donc pas.

Réviser c'est cerner un nombre limité de problèmes pour à partir de là être capable de comprendre la multiplicité indéfinie de sujets qu'ils ont servi à fabriquer: il faut se mettre en chasse des problèmes fondamentaux: ils jaillissent souvent de la mise en relation de plusieurs notions au programme.
Distinguer problème et problématique: la problématique c'est la stratégie que vous mettrez en œuvre pour orienter le lecteur vers le problème. (règle d'or pour éviter la ruine d'un hors sujet)

(ex: l'histoire est-elle une science?) lien ouverture nouvelle fenêtre

Un exemple: un exemple!l'homme

Notions

Problèmes

Sujets

         -1-
Homme et science

Science, théorie et expérimentation, vérité, sciences humaines

Objectivité d'une subjectivité?

L'homme objet?

Méthode expérimentale pour ce qui ne s'isole pas et ne se mesure pas?

- De quel homme fait-on la science?
L'homme peut-il être objet de science?

-Les sciences de l'homme épuise-t-elle la connaissance de l'homme?

-Les sciences peuvent-elles se passer de l'expérimentation?

         -2-

L'homme et la
liberté

Désir
Conscience
Déterminisme
Liberté
Histoire

-Limites d'une liberté de dire oui ou non?

-liberté et vérité.

-Liberté insérée dans un ici et un maintenant?

-Peut-on dire que la liberté est d'abord la reconnaissance de la nécessité?

-L'histoire est-elle l'instrument de notre liberté?

-L'inconscient est-il un destin.

           -3-
L'homme et la loi
Déterminisme
Morale
Politique

-Origine de la loi?

-L'homme est-il le sujet (l'origine) de l'économie?

-Comment l'homme en arrive - t-il à s'opprimer lui - même?

-Peut-on parler de lois économiques comme on parle de lois physiques.

-Est-il possible de concilier la liberté individuelle et les exigences de la vie en collectivité?

-Celui qui obéit renonce-t-il à sa liberté?

          -4-
L'homme et de la nature.

Nature - culture
Le travail

La technique
Rapport de l'homme à la nature?

Animalité et humanité?

Contrat social?


-La technique est-elle l'ennemie de la nature?

-L'homme a-t-il une nature ou est-il une histoire?

-Que mettez-vous sous le mot humanité?

          -5-
L'homme et l'histoire

Irrationnel
Sens
Liberté
Action

Destin ou liberté?
Rupture entre l'intention et l'action...
Signification ou direction?
Une science de l'incertain!

-L'homme maîtrise-t-il les conséquences de ses actions?

-L'histoire n'est-elle qu'un roman?

-Le devenir historique dépend-il du libre choix de l'homme?

Retrouvez pour chacun de ces sujets le problème qui l'a engendré et formulez clairement le problème.
Exemple: L'homme peut-il être objet de science? => si l'homme est essentiellement liberté, si la liberté est un acte, comment mesurer un acte autrement que par un espace parcouru qui n'est que la trace de l'acte?

etudiant

A vous de jouer:

 

1-En quel sens peut-on parler de vérité en histoire?
2- Les sciences de l'homme peuvent-elles se dispenser de l'expérimentation?
3- Peut-on parler de lois économiques comme on parle de lois physiques?
4- L'emploi des termes normal et pathologique relève-t-il du savoir ou de la science?

5-
Y a t il une science de l'homme?
6- Les sciences de l'homme ont-elles un objet?

--- Quelques problèmes ---

1- Comment un savoir historique de l'homme peut-il être objectif puisqu'il sera toujours un savoir de lui-même, si dans l'histoire le sujet est aussi l'objet! (Quand il s'agit de l'homme en effet, la distinction de l'observateur et de l'observé ne peut être réalisée: c'est l'homme qui parle de l'homme).
2- Si l'expérimentation exige que certains paramètres soient isolés et si l'homme est nécessairement un nœud de relations comment pourra-t-on expérimenter?
Comment prévoir l'acte libre?
3- Comment penser les lois économiques comme des lois physiques si les lois économiques ne sont pas naturelles?
4- Comment une science peut-elle employer le terme "pathologique" sans quitter le point de vue général de la loi et s'interroger sur le rapport de l'individu à un modèle? Comment une science peut-elle employer "normal" et "pathologique" sans se référer à des valeurs et sortir par là du domaine de ce qui est, de la réalité?
5- Comment se fait-il que l'homme soit l'objet de plusieurs sciences? Est-ce l'homme qui est étudié ou la langue (par la linguistique), l'inconscient (par la psychanalyse), le mode de production par...?
6-Si la connaissance de la réalité physique ne modifie pas cette réalité physique, la connaissance de la réalité économique (par ex: l'inflation) peut modifier la réalité économique: sur quel objet pourra alors se régler une connaissance qui modifie son objet?

Et... maintenant... A vous de construire un sujet à partir du problème suivant.

"L'homme est pour lui-même et pour les autres un être signifiant, puisqu'on ne peut jamais comprendre le moindre de ses gestes sans dépasser le présent pur et l'expliquer par l'avenir". (Sartre) Expliquer par l'avenir c'est comprendre. Comment une science pourrait-elle prendre en compte ce qui n'est pas encore et qui ne sera peut-être jamais mais qui pourtant participe à l'action présente?
Sujet:-- L'homme peut-il être objet de science? -- ?

° Réussir sa Philo au Bac

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art