° Philosophie Classes prepas  > L' amitié

CLASSES PREPAS
 
L'amitié  par J. Llapasset

Francis Jammes   
Autrui - Amitié

 Site Philagora, tous droits réservés

___________________________________________________


 

Je pense à vous…

Je pense à vous. Mes yeux vont du buisson de roses
aux touffes du chaud seringa.
Je voudrais vous revoir quand les raisins muscats
dorment auprès des reines-claudes.

Depuis que je suis né, je sens au fond du coeur
je ne sais quoi d'inexplicable.
Je vous dis que la rose est tombée sur le sable,
que la carafe est sur la table,
que la fille a mis ses sandales
et que le scarabée est plus lourd que la fleur.

- Mais tous ces foins, les aura-t-on bientôt fanés?
- O mais, mon amie, tout se fane:
le foin tremblant, le pied de l'âne,
les chants du merle et les baisers.

- Mais nos baisers, ami, ne se faneront point?
Non certainement. Que le foin
se fane, disais-je, c'est bien.
Mais nos baisers, amie, ne se faneront point.

 

Clairières dans le Ciel , 1906clairières        

________________________            

   Par trois fois est affirmée la relation du je au vous, comme acte; de la pensée qui s'oriente vers l'objet du désir; de la volonté qui reprend le désir et de la parole qui s'engage, mêlant le reportage et la réflexion, la simplicité des perceptions à la confiance de l'amour. Ce que le poète a en propre, son humanité, comme liberté de penser, de vouloir et de parler simplement, installe les amants dans une communauté.

   Intersubjectivité parfaite qui, loin d'être menacée par l'espace et le temps, les suppose en se fondant sur eux comme modalités de la réunion: l'espace qui prouve à chacun la force de l'amour comme le doute assumé révèle la foi à Francis Jammes; le temps qui, faisant de chacun un exilé perpétuel de l'instant, va pour cela réunir et permettre la rencontre dans une proximité de voyageurs sans bagages, embarqués par et vers cet infini inexplicable, ce goût pour l'absolu, cet amour dans lequel chacun en retrouvant autrui se retrouve: la foi en appelle à autrui qui en appelle à soi et donne ainsi l'existence.

   C'est l'échappée du regard, "aperçu" des clairières semées dans le ciel du regard comme autant de sources qui transforment le fol et vain espoir d'échapper à l'espace et au temps ouverts sur l'aventure, en plénitude de l'espérance partagée. Alors l'espace et le temps font signe vers l'éternité: là où  les corps et les esprit aspirent à se rejoindre dans une même volonté.

pages: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9

° Philosophie Classes prepas  > L' amitié

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express