° Rubrique Aide aux dissertations > et aides réflexion: Philo corrige 1 

> Rubrique Aide-texte en réponse aux demandes sur nos forums
> Ressources Études de texte par auteur

======================================

Aides pour des textes données sur nos forums

Textes de Maurice Merleau Ponty

Phénoménologie de la perception


  • Naturel et culturel !

Site Philagora, tous droits réservés

_______________________________________________________

"Il n'est pas plus naturel ou pas moins conventionnel de crier dans la colère ou d'embrasser dans l'amour que d'appeler table une table. Les sentiments et les conduites passionnelles sont inventés comme les mots. Même ceux qui, comme la paternité, paraissent inscrits dans le corps humain sont en réalité des institutions. Il est impossible de superposer chez l'homme une première couche de comportements que l'on appellerait « naturels » et un monde culturel ou spirituel fabriqué. Tout est fabriqué et tout est naturel chez l'homme, comme on voudra dire, en ce sens qu'il n'est pas un mot, pas une conduite qui ne doive quelque chose à l'être simplement biologique – et qui en même temps ne se dérobe à la simplicité de la vie animale, ne détourne de leur sens les conduites vitales, par une sorte d'échappement et par un génie de l'équivoque qui pourraient servir à définir l'homme."

Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau Ponty
=======================

A quelle question fondamentale le texte répond-il?
C'est la question que Rousseau s'était déjà posée. Peut-on "démêler" ce qui relève de la nature et ce qui relève de la culture chez l'homme. La réponse de Merleau-Ponty peut surprendre: l'homme est en même temps nature et culture.

Par exemple: l'utilisation de mon corps biologique relève entièrement de la culture. D'une certaine manière, on dépasse le corps en le construisant. On ne parlera plus du corps comme un objet, mais d'un corps propre.
C'est dire que tout est construit que ce soit le sentiment (colère) que ce soit la table que le concept fait apparaître comme une table!

Lisons le texte ensemble:
plus : l'opinion affirmerait que piquer une colère ou éprouver une attirance physique c'est plus naturel que le monde fabriqué qui nous entoure. L'auteur rétorque à l'opinion que l'un n'est pas plus naturel que l'autre ou moins conventionnel. L'opinion croit pourtant que le sentiment est moins conventionnel que le monde des objets qui nous entourent.

naturel : est ici pris au sens de biologique, de donné naturel à la naissance que chacun recevrait comme une sorte d'équipement donné.

fabriqué : notez le "tout": Sans exception. S'il s'agit de l'homme tout est le résultat d'une interaction entre les gènes biologiques et le milieu socioculturel qui, les construit.
Par exemple: le sentiment paternel semble biologique alors que chez l'homme il est institué c'est à dire formé par des habitudes sociales. On comprend alors que, dans certaines îles, la paternité du géniteur n'existe pas: elle est assurée par un oncle...
Un peu comme il est impossible de séparer dans un objet la matière donnée et sa forme, il est impossible chez l'homme de séparer le donné naturel intérieur biologique et ce qu'il en a fait.

superposé : voilà pourquoi il est impossible de superposer, de mettre l'un sur l'autre la nature et la culture, les comportements naturels et ce que l'homme a ajouté à la nature. Pour cela il faudrait que les deux couches soient séparées: or il est impossible de les démêler, car ce que nous constatons ce sont des interférences: le résultat d'une interaction.

mots / conduite : ce que l'homme dit, les mots et leur usage, ce que l'homme fait, relève en même temps du biologique et de ce que l'homme en a fait.

se dérobe : se soustrait, échappe à toute détermination.
Par exemple la sexualité déterminée pour la reproduction devient la sexualité humaine avec pour fin le plaisir.
Le repas rapide pour se nourrir devient la réception et l'ensemble des relations qui se créent dans un repas partagé.

échappement : Merleau-ponty cherche le mot juste... Il faut y voir un mouvement de libération.

équivoque : qui peut se dire de plusieurs façon et qui donne donc la possibilité d'un choix, qui ne peut que se comprendre. Au contraire du biologique qui univoque qui peut seulement s'expliquer par des enchaînements.

On comprend que le corps propre n'est pas une réalité naturelle, un objet donné, mais au contraire un centre, un ensemble de significations incarnées, une manière d'être au monde, un médiateur universel sans qui aucune expérience n'apparaîtrait.

Dire que l'existence est ambiguë (équivoque), que son déploiement est un échappement, c'est du même coup faire d'elle un mouvement jamais fixé qui doit sans cesse se configurer.

Bonne continuation.
Joseph Llapasset ©

° Rubrique Aide aux dissertations > Aides réflexion: Philo corrige 1  Philo corrige 2  Philo corrige 3

2010 ©Philagora tous droits réservés Publicité Recherche d'emploi
Contact Francophonie Revue Pôle Internationnal
Pourquoi ce site? A la découverte des langues régionales J'aime l'art
Hébergement matériel: Serveur Express